Alexis Baudelin, robe noire comme étendard

Cet ancien avocat d’affaires est de toutes les manifestations en faveur des libertés, son drapeau anarchiste au vent, ce qui fait de lui une cible de la répression policière, mais aussi un os dur !

Nadia Sweeny  • 25 août 2021 abonné·es
Alexis Baudelin, robe noire comme étendard
Le drapeau d’Alexis Baudelin flottant sur Paris le 24 juillet dernier.
© Nadia Sweeny

O n veut juste le drapeau », gueule un policier de la Brav-M (1) en arrachant l’étendard noir des mains de Me Alexis Baudelin. En ce 14 juillet, dans les rues parisiennes bousculées par la première mobilisation contre le passe sanitaire, la silhouette fine de l’avocat se crispe. Des dizaines de manifestants se déploient hors du tracé officiel de la manif. À peine le ciel se remet-il des stigmates tricolores du défilé que l’air est déjà chargé de gaz lacrymogènes. Le cou enroulé dans un keffieh qui cache à peine la caméra GoPro accrochée à son épaule, l’avocat proteste vivement contre les policiers : « Je veux récupérer mon drapeau : c’est du vol ! clame-t-il. Ce n’est pas la première fois que vous me faites ce coup-là : pourquoi il vous dérange, ce drapeau ? » Les voltigeurs, casques de moto vissés sur la tête, s’élancent : Alexis Baudelin est interpellé pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences » et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Au congrès d’EELV, l’enjeu ardu de la massification
Écologistes • 7 décembre 2022 abonné·es

Au congrès d’EELV, l’enjeu ardu de la massification

Marine Tondelier est la probable future cheffe d’EELV. Les écologistes ont choisi la stabilité du centre avec cette héritière de Julien Bayou. Entre refondation, autonomie et fin des polémiques, la lourde tâche à venir, pour le parti, sera de rassembler.
Par Jonathan Trullard
Violences policières : un œil et dix ans de perdus
Violences policières • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : un œil et dix ans de perdus

Il y a dix ans, Driss perdait son œil sous les coups d’un policier. Depuis, la justice peine à déjouer les mensonges des agents et à instruire une affaire dans laquelle se sont mêlés absence de communication entre brigades, recours à une brutalité aussi extrême que gratuite et complaisance du parquet. Politis a eu accès à ce dossier inédit. Récit de dix années de combat judiciaire.
Par Nadia Sweeny
Violences policières : la justice face à son tabou
Police • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : la justice face à son tabou

Des procédures allégées aux stratégies d’évitement, la réponse pénale aux violences policières est manifestement insuffisante.
Par Nadia Sweeny
« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »
Entretien • 7 décembre 2022 abonné·es

« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »

Loïc Pageot est vice-procureur de Bobigny, en charge des dossiers mettant en cause des policiers. Affecté depuis douze ans dans la 2ème plus grande juridiction du pays, il évoque, sans langue de bois, la gestion de ces dossiers complexes.
Par Nadia Sweeny