Le Drian n’est pas content

Depuis que l’Australie a rompu le « contrat du siècle » pour s’acheter plutôt du gros matos états-unien, le gars ne décolère pas.

Sébastien Fontenelle  • 22 septembre 2021
Partager :
Le Drian n’est pas content
© Attila KISBENEDEK / AFP

Jean-Yves Le Drian, ex-VRP (1) de l’industrie française de l’armement recyclé dans le Quai d’Orsay par Emmanuel Macron, est, comme on sait, gravement fâché.

Depuis que l’Australie, décidant qu’elle préférait finalement ne pas s’équiper de sous-marins made in Cherbourg (Manche), a rompu, la semaine dernière, le « contrat du siècle » (qui prévoyait la livraison de douze de ces bâtiments à Canberra) pour s’acheter plutôt du gros matos états-unien,le gars ne décolère pas, court de plateau en studio pour crier que cette double trahison de la « parole donnée » et de sa « confiance » ne restera pas impunie – tu vas voir ta gueule à la récré, Scott Morrison – et rappelle des ambassadeurs : on le sent à deux doigts d’envoyer un groupe aéronaval à Brighton Beach.

Et ce dépit se comprend : ça ne doit pas être spécialement rigolo, quand on en est encore à se raconter que la France est une grande puissance de calibre interplanétaire, de réaliser que dans la vraie vie Joe Biden et ses affidés s’en soucient à peu près autant que de leur premier cheeseburger.

Mais cette humeur étonne, car le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères nous avait jusqu’à présent habitué·es à bien plus de sérénité – et de tranquille résilience – qu’il n’en montre depuis que l’Australie se rit de lui.

En 2018, par exemple, la section française d’Amnesty International révélait, après une longue et minutieuse enquête, que les forces de sécurité égyptiennes avaient utilisé des armes françaises, parmi d’autres, « pour écraser l’opposition » au président Abdel Fattah Al-Sissi « avec » une épouvantable « brutalité ».

La même année, une note confidentielle de la Direction du renseignement militaire (2) constatait que près de 440 000 civil·es étaient menacé·es par « de possibles frappes » de la coalition, emmenée par l’Arabie saoudite, qui guerroie au Yémen depuis 2015, et qui est notamment équipée de chars et de canons vendus par la France.

Et bien sûr, tout cela était quand même fort gênant pour la France – car elle est signataire du traité onusien sur le commerce des armes, qui lui interdit de vendre des matériels militaires à des pays susceptibles de les utiliser pour commettre ou faciliter des violations des droits humains.

Mais Jean-Yves Le Drian, plutôt que de s’emporter, avait alors réagi avec le légendaire (mais si admirable) flegme des vieilles troupes diplomatiques : loin de rappeler les ambassadeurs de France au Caire et à Riyad en serrant très fort les mâchoires, il avait plutôt signifié aux dirigeants égyptiens et saoudiens qu’on escomptait en France qu’ils ne se fâcheraient pas pour si peu, qu’on leur maintenait toute notre confiance, et qu’on brûlait, de vrai, de continuer à leur vendre des armes – ainsi fut fait.

(1) Lorsqu’il était le ministre de la Défense de François Hollande.

(2) Dont le contenu a ensuite été révélé par le site d’information Disclose.

Publié dans
De bonne humeur

Sébastien Fontenelle est un garçon plein d’entrain, adepte de la nuance et du compromis. Enfin ça, c’est les jours pairs.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don