« Lubrizol coupable, État complice »

Dès le lendemain de l’incendie de Rouen, il y a tout juste deux ans, des citoyens se sont rassemblés pour exiger la vérité sur l’accident et mener leur contre-expertise.

Vanina Delmas  • 22 septembre 2021 abonné·es
« Lubrizol coupable, État complice »
Protestation le 12 octobre 2019 à Rouen, quelques jours après l’explosion.
© LOU BENOIST/AFP

Devant l’imposant palais de justice de Rouen, une dizaine de personnes se retrouvent pour distribuer des tracts dans l’espoir de gonfler les rangs de la manifestation du 26 septembre (1). Dans onze jours, on commémorera les deux ans de l’incendie de l’usine Lubrizol. « Tu sais pourquoi ils manifestent ? » demande un adolescent à son copain. « Aucune idée… » lui répond ce dernier. Difficile de convaincre avec le mot manifestation en ce moment. Mais, quand le nom de Lubrizol est prononcé, les passants ralentissent, écoutent quelques secondes, preuve que le traumatisme est toujours là. Les slogans sont volontairement piquants : « À Rouen, nous avons testé le masque six mois avant le reste de la France ! ». Et la variante : « À Rouen, nous avons testé la peur d’être contaminés six mois avant le reste de la France ! » Sans oublier l’immuable « Lubrizol coupable, État complice ».

Une détermination

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)