Dossier : Accidents industriels : Les victimes contre-attaquent

Victimes d'AZF : « Face à nous, une armée d’avocats »

Le 21 septembre 2001, lorsque l’usine AZF explose, l’habitation de Denis Molins, comme celle de plus de 30 000 autres, est en partie détruite. Aujourd’hui, il milite au sein de l’association Plus jamais ça ni ici ni ailleurs – Croix de Pierre, pour obtenir la fermeture définitive de la plateforme chimique sud-toulousaine, qui accueillait l’usine, ainsi que des réparations de la part des responsables de la catastrophe. Il revient sur les mobilisations citoyennes qui se sont organisées après l’explosion et…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.