Au festival « Sens interdits », défense d’oublier

Le festival lyonnais se veut encore une fois le carrefour des scènes d’ailleurs. Des artistes du monde entier y conjugueront lutte et mémoire.

Anaïs Heluin  • 20 octobre 2021 abonné·es
Au festival « Sens interdits », défense d’oublier
« Feroz », du Chilien Danilo Llanos, s’intéresse nà la violence des orphelinats.
© Corporación de Cultura y Turismo de Calama

Après une sixième édition consacrée au réalisateur et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov, alors arbitrairement condamné par le gouvernement de son pays, c’est aux artistes biélo-russes que Patrick Penot adresse son soutien en ouverture de la septième édition du festival Sens interdits. « Aujourd’hui, plus aucun ne peut s’exprimer librement

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes