Chez Bergams, on refuse de travailler plus pour gagner moins

Depuis un mois, la production de l’usine Bergams, à Grigny, est à l’arrêt. Les grévistes réclament la fin d’un accord mis en place suite à la crise sanitaire. Mais se heurtent au refus de la direction.

Daphné Deschamps  et  Maxime Sirvins  • 13 octobre 2021 abonné·es
Chez Bergams, on refuse de travailler plus pour gagner moins
Le piquet de grève constitué de palettes bloque les camions. L’entreprise, qui avait porté plainte pour blocage, vient d’être déboutée.
© Maxime Reynié

Sur un petit parking, à quinze minutes de la gare RER de Grigny-Centre, devant des grilles en métal délabrées, derrière un immeuble en construction, on tombe sur un piquet de grève, à peine signalé par une banderole en bord de route. Là, depuis presque un mois, quelle que soit la météo, les salarié·es de l’usine Bergams tiennent le pavé – ou plutôt le béton – de jour comme de nuit. Sous un petit barnum bardé de stickers, deux tables, avec des provisions rudimentaires. Tout autour, des palettes barrent l’entrée de l’usine aux camions, « mais pas aux voitures, sinon ça serait un blocage », précisent des grévistes. Ce matin du jeudi 7 octobre, la quarantaine de salarié·es qui tient le piquet attend fébrilement une décision du juge des référés, qui pourrait signer la fin de leur grève : la légalité ou non de leur bric-à-brac de bois et de métal où sont plantés des drapeaux syndicaux. « Si on doit retirer les palettes, les camions peuvent revenir, et Bergams appellera des intérimaires pour nous remplacer. Et on se retrouverait à faire grève dans le vide, parce que la production reprendra, avec ou sans nous », explique Sofiane. Il est employé par Bergams depuis sept ans, à la production.

L’usine de Grigny appartient au géant Norac (Daunat, La Boulangère, Sud’n’Sol, etc.), 25e groupe agroalimentaire français. Elle est à l’arrêt complet depuis le 13 septembre, avec plus de 98 % de grévistes sur la chaîne de production, selon les syndicats. Elle emploie des personnes d’une cinquantaine de nationalités,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

« Si on écoute le gouvernement, il n’y a pas de problèmes de santé avec les pesticides »
Entretien 23 février 2024

« Si on écoute le gouvernement, il n’y a pas de problèmes de santé avec les pesticides »

Giovanni Prete, maître de conférences en sociologie et auteur de L’Agriculture empoisonnée. Le long combat des victimes des pesticides, décrypte les enjeux cachés derrière la mise en pause du plan de réduction des pesticides Écophyto.
Par Vanina Delmas
Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires
Agriculture 23 février 2024

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires

À la veille du Salon de l’agriculture, le gouvernement a fait de nouvelles annonces pour calmer la colère des agriculteurs. Une nouvelle fois, les salariés agricoles en sont les grands absents. Pire, ils sont la principale cible.
Par Pierre Jequier-Zalc
Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian