Face à Zemmour, proposer une alternative humaniste forte

Alors que le polémiste déroule « un discours qui n’est pas et ne sera jamais le nôtre », il est urgent que la gauche réagisse et agisse, plaide Baptiste Ménard, jeune élu socialiste.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La victoire d’Éric Zemmour et de son idéologie nauséabonde ne sont possibles que si, à gauche, nous continuons à capituler. Comment pouvons-nous accepter que l’on puisse aujourd’hui prêter une telle attention aux propos d’un vrai faux candidat à l’élection présidentielle qui ose affirmer que Vichy aurait protégé les juifs français et donné les juifs étrangers ?

Nous assistons à une campagne qui ne dit pas son nom, d’un candidat qui l’est mais qui refuse de le dire, qui n’a pas de projet, pas de bilan sauf celui de deux condamnations, en 2011 pour provocation à la discrimination raciale et en 2018 pour provocation à la haine envers les musulmans.

Un vrai faux candidat qui n’a aujourd’hui pour seules propositions que d’interdire les lois mémorielles et l’utilisation de prénoms non français. Un vrai faux candidat qui n’a que pour seule obsession l’immigration et les musulmans.

Un vrai faux candidat qui ne prospère qu’en distillant des théories aussi malhonnêtes qu’abjectes.

Un vrai faux candidat qui participe au « sommet démographique international », véritable rassemblement européen de l’extrême droite, pour y clamer son admiration pour Orban et son aspiration pour une gouvernance autoritaire.

À gauche, il est urgent de réagir et d’agir, de dire stop à son discours, de proposer une alternative humaniste forte car Zemmour déroule depuis la rentrée, dans tous les médias et sans contradiction, un discours qui n’est pas le nôtre et ne sera jamais le nôtre !

Nous devons dire que ce n’est pas notre France, que ce n’est pas la France ! À cet égard, je considère que Jean-Luc Mélenchon a eu le courage et a eu raison d’aller débattre face à lui !

À l’inverse, les propos des Ciotti, Bellamy et consorts sont irresponsables et dramatiques, ces « républicains » rendent un précieux service à Zemmour qui n’en demande pas tant afin de mieux se crédibiliser et se notabiliser aux yeux de l’opinion publique. En faisant cela, ils espèrent mordre sur son électorat alors qu’ils ne font que le renforcer. Il s’agit là d’une défaite morale et politique !

Contrairement à ce qu’il affirme – et je le dis avec force – non la république n’est pas qu’un régime c’est aussi un idéal. C’est notre idéal !

« La France n’a pas dit son dernier mot » qu’il dit. En effet, la France c’est celle de Jaures, celle de Hugo, celle de Lamartine, celle de Blum, celle de Zay, celle de De Gaulle, de Mitterrand. La France elle a du sens de par le message universel qu’elle porte et représente. Cette promesse républicaine, et sa devise Liberté, Égalité, Fraternité.


Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.