« Walk me to the corner », d'Anneli Furmark : Le grand surgissement

Anneli Furmark dessine avec finesse une rencontre amoureuse entre deux femmes mûres.

Des galets. Les cases de Walk me to the corner ne sont pas des cases, elles n’ont pas de cadre, non, ce sont des galets. Des galets d’encre, ronds et doux, des bulles d’intimité qui portent les personnages. L’héroïne, d’abord : Elise approche de la soixantaine, elle est journaliste, vit avec son mari et avec amour depuis plus de vingt ans, leurs enfants (deux fils) ont pris leur indépendance. Une vie simple donc. À une fête sans histoire, Elise rencontre Dagmar : elle a le même âge qu’Elise, est médecin,…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.