Le déminage raté d’Éric Dupond-Moretti

La conférence de presse du ministre de la Justice s’est heurtée à la mobilisation des magistrats et barreaux.

Politis  • 15 décembre 2021
Partager :
Le déminage raté d’Éric Dupond-Moretti
© Fred TANNEAU / AFP

« Je n’ignore rien des arrière-pensées de certains et des tentations d’instrumentalisation dans un contexte préélectoral », a lancé Éric-Dupond Moretti au démarrage de sa conférence de presse, lundi 13 décembre, deux jours avant la mobilisation générale des magistrats, greffiers et avocats. Sa tentative de déminage était déjà mal partie. Elle est allée de mal en pis. Pour défendre son bilan, l’équipe de la place Vendôme a exposé des graphiques honteusement manipulés dans lesquels les 8,85 % d’augmentation d’effectifs semblaient proportionnellement avoir plus que doublé le nombre de magistrats en juridiction, alors qu’il n’en a ajouté que 698 sur 7 889… Un détail qui n’a pas échappé aux observateurs avisés et a rendu contre-productif l’exercice du garde des Sceaux. D’autant qu’au moment où le ministre tentait piteusement de sauver les apparences, les motions appelant à la mobilisation affluaient de toute part. Magistrats du siège, parquets, parquets généraux, barreaux… Tous main dans la main dénoncent les délais de traitement, les conditions de travail, le manque de moyens, la déshumanisation, l’entourloupe des chiffres de recrutement qui se soldent par l’arrivée de jeunes juristes assistants peu formés… Tous appelaient à battre le pavé le 15 décembre pour dénoncer cette justice malade. On n’avait pas vu une telle défiance des magistrats vis-à-vis du gouvernement depuis dix ans, quand Nicolas Sarkozy multipliait les attaques frontales contre les juges.

Cette fois-ci, le mal est plus profond et les agitations de l’ancien ténor du barreau devenu ministre n’ont convaincu personne. L’ultime camouflet est venu de la Cour de cassation, en pleine conférence de presse ministérielle. Dans sa motion, la plus haute juridiction judiciaire s’est associée au constat « d’une justice exsangue, qui n’est plus en mesure d’exercer pleinement sa mission ». En cause, « une pénurie chronique de ressources humaines, matérielles, de réformes multiples, conçues et menées dans l’urgence et l’impréparation ».

Société Police / Justice
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
Narcotrafic : « La réponse très sécuritaire du gouvernement ne résout rien à long terme »
Entretien 31 mai 2024 abonné·es

Narcotrafic : « La réponse très sécuritaire du gouvernement ne résout rien à long terme »

Jérôme Durain, sénateur PS de Saône-et-Loire et président de la commission d’enquête sur l’impact du narcotrafic, revient sur les conclusions du rapport sénatorial et pointe l’écart entre la menace que représente le trafic et la réponse de la puissance publique.
Par Éléna Roney
Narcotrafic et corruption de « basse intensité » : un combat perdu d’avance ?
Stupéfiants 31 mai 2024 abonné·es

Narcotrafic et corruption de « basse intensité » : un combat perdu d’avance ?

La commission d’enquête sénatoriale sur l’impact du narcotrafic en France a rendu ses conclusions. Le rapport pointe la hausse du trafic et de la corruption qui en découle, liée en partie au manque de moyens alloués aux administrations qui les combattent.
Par Éléna Roney