Les Temples en carton de Phia Ménard

Dans Trilogie des contes immoraux (pour Europe), Phia Ménard imagine d’étranges rituels pour un monde à bout de souffle.

C’est à demi avachie en fond de scène, les jambes ouvertes sur une cuirasse cache-sexe barrée d’une croix, que Phia Ménard assiste à l’entrée des spectateurs qui s’apprêtent à passer trois heures avec sa Trilogie des contes immoraux (pour Europe). Si elle ne se lève pas pour les accueillir, il est clair qu’elle considère leur arrivée, que c’est pour eux qu’elle fait de son corps une image à décrypter, un tableau d’aujourd’hui qui porte les souvenirs de nombreux hiers. Dans la Phia bottée, masquée et (peu)…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.