Libre et scandaleuse Marguerite Duras

Dans Les Imprudents, Isabelle Lafon part sur les traces d’une Marguerite Duras méconnue, à la rencontre de mineurs, d’une strip-teaseuse, d’orphelins.

Anaïs Heluin  • 12 janvier 2022 abonné·es
Libre et scandaleuse Marguerite Duras
Pierre-Félix Gravière, Johanna Korthals et Isabelle Lafon donnent à voir leurs précieux tâtonnements.
© Printemps des Comédiens

La liberté, pour Isabelle Lafon, est une quête toujours recommencée. C’est une recherche qui se déploie presque simultanément sur deux terrains : la littérature et la scène, très poreux entre eux, interdépendants. La recherche est semée de doutes. Peut-être même ces doutes sont-ils l’essentiel du chemin. Les Imprudents, créé en juin dernier à Montpellier au Printemps des Comédiens et repris aujourd’hui à La Colline, est un sentier majeur dans cette audacieuse et inquiète aventure que mène depuis une vingtaine d’années la comédienne et metteuse en scène à la tête de sa compagnie, Les Merveilleuses.

Après les écritures insoumises, rebelles, d’Anna Akhmatova, de Monique Wittig et de Virginia Woolf, arpentées dans le beau triptyque Les Insoumises, c’est à une autrice plus

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 4 minutes