Avec « Éloge du vieux con moderne », Christophe Alévêque hausse le ton

L’humoriste livre un tableau tragicomique du monde contemporain.

Christophe Alévêque n’en est pas à son premier coup de gueule. Chacun de ses spectacles sur scène en est un. Chacune de ses prestations, de la « Fête de la dette » à sa fameuse « revue de presse », d’une élection présidentielle à l’autre (1), se veut une réflexion sur les travers de notre monde. Cette fois, il remet le couvert à l’écrit avec Éloge du vieux con moderne, assumant parfaitement ses diatribes (puisque le vieux con moderne, baptisé « le VCM », c’est lui), rehaussant le ton, exagérant avec…

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.