60 ans après les accords d’Évian, le poids du récit national algérien

Figure majeure de l’une des branches les plus originales du trotskisme français, fondateur de la LCR puis du NPA, Alain Krivine est décédé samedi 12 mars à Paris. Retour sur une vie militante.

Olivier Doubre  • 16 mars 2022 abonné·es
60 ans après les accords d’Évian, le poids du récit national algérien
© FRANCOIS GUILLOT / AFP

La France peut évidemment avoir honte de son passé colonial, constitué de violences, de prédations et de discriminations gravées dans le marbre d’un « droit » de l’indigénat. S’il a tant de mal à « passer », ce passé de conquête militaire, de répressions sauvages et d’« enfumades » du général Bugeaud (toujours admiré par Éric Zemmour), n’est-ce pas d’abord parce que la France a trop longtemps nié le caractère de « guerre » aux huit années de conflit armé avec les Algériens luttant pour leur indépendance ?

Il aura fallu le gouvernement Jospin pour que la République admette officiellement, en 1999, ce terme pour nommer ce qu’elle désignait jusqu’alors comme les « événements d’Algérie », des « opérations de maintien de l’ordre » ou une « pacification ». Mais, alors que l’on s’apprête à commémorer les 60 ans des accords d’Évian, signés le 19 mars 1962 et mettant enfin un terme à tant de sang, de massacres et de tortures, comment ce même passé est-il appréhendé, côté algérien, désigné là-bas comme « guerre d’indépendance » ou parfois « révolution algérienne » ? Comment la jeunesse algérienne – ou l’immigration algérienne en France – perçoit-elle ce long et tragique conflit ? Qu’en connaît-elle ?

Politis avait déjà rencontré Hakim Addad il y a trois ans, en mars 2019. Abdelaziz Bouteflika, « momie » en fauteuil roulant, allait bientôt renoncer à « se » représenter pour un (ridicule) cinquième mandat à la présidence de la République, après la mobilisation, inédite par son ampleur, de l’ensemble du peuple algérien. Plus de vingt millions de personnes défilaient dans toutes les villes du pays pour s’opposer à cette farce politique. Le Hirak, mouvement de contestation populaire

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian