À Kyiv, une solidarité sous pression

Touchée quotidiennement par des tirs de roquette, la population de la capitale ukrainienne déploie une énergie considérable pour aider les combattants et les victimes de l’agression russe.

Un cratère de plusieurs mètres de large, entouré par une foule d’habitants sous le choc. Ce matin du 18 mars à Kyiv, ce quartier résidentiel de la rue Podilovsky a vu une roquette tomber sur ses toits alors que le jour n’était pas encore levé. Ici, pas de bâtiment stratégique, pas de base militaire ni de ministère. Seulement quatre immeubles d’habitation. Le souffle a été puissant, les dégâts sont impressionnants.

À gauche, les vitres de l’école maternelle se sont fragmentées en milliers de petits morceaux qui se reflètent au soleil. Des dames âgées louent le ciel qu’il n’y ait pas eu d’enfants à l’intérieur. À droite, des appartements dont la façade s’est effondrée bâillent, la « gueule » grande ouverte, les canapés et photos de famille pendent dans le vide à la vue de tous. Même les petits garages en tôle ont brûlé, les voitures avec. Il ne subsiste que l’odeur d’essence, balayée par un vent qui fait danser les rideaux désormais à l’air libre. Un homme s’approche, montre dans ses mains des restes de roquette. Il pointe du doigt son immeuble, mime la destruction de son appartement, jonché de débris. Bilan de la frappe ? Un mort. Quatre blessés.

Partout dans les maisons, les habitants s’activent. Balai en main, des grands-mères sur le pas des portes ramassent des brouettes entières de gravats où se mélangent briques, métal et bibelots projetés là par le souffle de l’explosion. Dans les appartements, on retire un à un les bouts de verre des matelas comme si, dès ce soir, on allait pouvoir y dormir à nouveau. Deux cents mètres plus loin, les dégâts sont moindres, seules les vitres ont été brisées. Alors des hommes distribuent des mètres de film plastique pour isoler les trous béants. Ici, on pourra revivre ce soir sans courants d’air.

Priorité à l’aide de première nécessité : achat d’eau, de nourriture, de médicaments.

Depuis le début de l’invasion russe, Kyiv est pourtant plus préservée que les villes de l’est comme Kharkiv et Marioupol, sous les bombardements incessants. Les troupes de Vladimir Poutine, aux portes de la capitale, peinent à faire tomber Brovary et Irpin, deux cités de banlieue qui leur ouvriraient la route pour entrer dans la ville. Mais les roquettes frappent, comme pour prévenir la plus grande ville du pays et y instaurer la terreur.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Annie Ernaux : « J’ai l’habitude de regarder les choses en face ! »

Culture accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.