Colombie : La gauche largement en tête !

Gustavo Petro, 62 ans, ex-guérillero converti à la social-démocratie et ancien maire de Bogotá, a obtenu 40,3 % des suffrages.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en Colombie, qui s’est tenue dimanche 29 mai, ont confirmé l’immense espoir qu’avaient ouvert les sondages ces derniers mois. Le candidat de la coalition de gauche, Gustavo Petro, 62 ans, ex-guérillero converti à la social-démocratie et ancien maire de Bogotá, a ainsi obtenu 40,3 % des suffrages. La vieille droite colombienne, qui a longtemps flirté avec les dictatures d’extrême droite du sous-continent américain du Sud, au pouvoir depuis des décennies, a pour une fois été littéralement balayée par les électeurs. Son candidat, Federico Gutiérrez, a recueilli moins de 24 % des voix. Malgré une participation qui dépasse à peine les 54 % des inscrits, c’est un immense espoir qui s’est ainsi levé en Colombie.

Au second tour, Petro affrontera le millionnaire Rodolfo Hernández, 77 ans, ancien maire de Bucaramanga (nord du pays), qui a obtenu 28 %. C’est un candidat que les grands médias présentent comme « indépendant », mais que la presse locale qualifie de « Trump colombien ». Ce qui dit déjà beaucoup du personnage…

Ces résultats, annoncés par de nombreux sondages ces dernières semaines, témoignent notamment de la grande souffrance sociale des Colombiens, dans un pays ravagé par la corruption et surtout une misère endémique due aux politiques néolibérales – sous l’influence des États-Unis –, la violence de groupes armés dans les campagnes, souvent liés au trafic de cocaïne mais aussi à des organisations d’extrême droite. Mais c’est surtout la conséquence d’une grande colère sociale après deux ans de pandémie et une forte récession économique, qui a amené des manifestations antigouvernementales massives (contre l’ex-président conservateur Iván Duque, qui ne pouvait pas se représenter). C’est bien un véritable séisme politique qui vient d’advenir du côté de Bogotá. Le second tour aura lieu le 19 juin.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.