Gauche : nouvelle campagne 1/5 – À Soissons, « notre histoire industrielle pourrait être oubliée »

L’avocate Hélène Gacon alerte sur les dangers des murs juridiques qui s’érigent aux frontières européennes et dénonce « un véritable déni du droit d’asile ».

Hugo Boursier  • 18 mai 2022 abonné·es
Gauche : nouvelle campagne 1/5 – À Soissons, « notre histoire industrielle pourrait être oubliée »
Le poste de contrôle de la PAF à l’entrée du tunnel de Fréjus.
© Chloé Dubois

Il y a un souvenir forgé dans les mémoires de nombreux Soissonnais : c’est celui du 7 mai 2002. Une trace laissée dans les chairs ouvrières de cette ville de l’Aisne, lacérée par les fermetures d’usine depuis une trentaine d’années au moins et dont les plaies, béantes dans les zones en friche, dessinent l’histoire douloureuse de la désindustrialisation en France. Ce jour-là, des centaines d’ouvriers sont réunis sur le rond-point de l’Archer pour protester contre la liquidation judiciaire de BSL Industries, déclarée dix jours plus tôt. Depuis 1955, ce constructeur d’équipements en acier inoxydable a drainé des générations de salariés et certains, entrés à l’âge de 15 ans en apprentissage, en ressortaient la tête haute près de cinq décennies plus tard, les échelons gravis un par un. Autour du giratoire, on retrouve toute l’épaisseur de ce quotidien menacé, des pneus qui brûlent et les drapeaux de la CGT qui tournoient derrière la fumée noire. Inquiétantes, les flammes

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 10 minutes