« S’il vous plaît, nous voulons juste demander l’asile »

Chaque jour à la frontière italienne, des dizaines de personnes sont embarquées vers des lieux de privation de liberté où le droit de regard est quasiment impossible.

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 18 mai 2022 abonné·es
« S’il vous plaît, nous voulons juste demander l’asile »
Défilé de manifestants, lors de la grande maraude solidaire du 12 mars 2022, près du poste de contrôle de la PAF à Montgenèvre.
© Chloé Dubois

Quelque part sur la route qui descend la montagne, entre Montgenèvre et Briançon (Hautes-Alpes), la voiture de deux maraudeuses doit se ranger sur le côté. Le véhicule civil qu’elles viennent de dépasser n’en était pas un. Alice dit qu’elle s’en doutait. Depuis le rétablissement du contrôle aux frontières intérieures, sans cesse reconduit depuis 2015, les opérations de surveillance sont quotidiennes. Le gyrophare teinté de bleu sonne le glas : c’est bien la police aux frontières (PAF) qui souhaite procéder à une vérification d’identité.

La maraudeuse sait ce que cela signifie pour les trois personnes – une femme et deux hommes – assises sur la banquette arrière. Elle et sa collègue les ont trouvées un peu plus tôt dans les montagnes enneigées de la frontière franco-italienne. Nous sommes début mars et les températures nocturnes avoisinent les – 10 °C. « Nous avons prévenu que nous avions une femme blessée à la cheville dans la voiture et que tous les trois souhaitaient demander l’asile », relate Alice. L’un des hommes le formule d’ailleurs lui-même explicitement : « S’il vous plaît monsieur, on est juste là pour demander l’asile. »

Mais la réponse est non. Les policiers considèrent que « ce n’est pas possible » parce que la voiture se trouve sur une bande de 20 km de large, le long de la frontière. La PAF peut donc notifier un refus d’entrée sur le territoire, assurent les agents à Alice, et ramener les exilé·es jusqu’au point de passage autorisé. Mais il

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Corlay veut sauver son collège
Luttes 20 septembre 2023 abonné·es

Corlay veut sauver son collège

La décision brutale du conseil départemental des Côtes-d’Armor de fermer ce petit établissement en zone rurale interroge sur ses motivations et suscite une très forte opposition locale.
Par Patrick Piro
« Pourquoi nous arrêtons les distributions alimentaires pour les mineurs isolés »
Humanitaire 18 septembre 2023

« Pourquoi nous arrêtons les distributions alimentaires pour les mineurs isolés »

Agathe Nadimi, fondatrice de l’association Les Midis du MIE explique la décision d’arrêter les distributions de nourritures aux mineurs isolés non accompagnés organisées quatre midis par semaine depuis sept ans. Elle se veut un acte politique et engagé de dénonciation de l’abandon par les pouvoirs publics.    
Par Vanina Delmas
« Les services publics sont de moins en moins capables de répondre aux besoins des citoyens »
Entretien 15 septembre 2023

« Les services publics sont de moins en moins capables de répondre aux besoins des citoyens »

Le rapport du collectif Nos services publics vient d’être publié après neuf mois de travaux. Il dresse un constat sombre et implacable sur leur état. Entretien avec Lucie Castets, co porte-parole de l’organisation.
Par Embarek Foufa
La famille d’un patron fait interdire un spectacle sur la mémoire ouvrière
Histoire 8 septembre 2023

La famille d’un patron fait interdire un spectacle sur la mémoire ouvrière

À Bretoncelles, petite commune de l’Orne, la programmation d’un spectacle sur les 50 ans d’une grève historique a provoqué l’ire des descendants du patron de l’époque. Après des menaces de mort, le maire l’a finalement interdit, avec l’approbation du préfet.
Par Pierre Jequier-Zalc