Ukraine : L’avertissement chinois à Poutine

L’agence Xinhua publie une interview du ministre ukrainien des Affaires étrangères.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Dans la vie politique chinoise, le hasard n’existe pas. Quand l’agence de presse officielle Xinhua publie une interview du ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, il est donc difficile de ne pas voir un message à peine subliminal adressé à Vladimir Poutine. Car, dans cet entretien publié le 1er mai, Kuleba ne retient pas ses coups vis-à-vis du Kremlin. Il dénonce l’agression russe. Il invite même à « arrêter la Russie maintenant » si on veut éviter d’autres conflits. Il revendique pour son pays « un droit à l’autodéfense ». Pire : il affirme que « l’Ukraine est un pays européen ». Tout ce que Poutine ne veut pas entendre. Après le récent refus de Pékin de livrer des pièces détachées pour contrer l’embargo occidental, cela ressemble à une sérieuse prise de distance avec l’allié russe.


Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.