« Cendrillon », de Joël Pommerat : Ne pas s’en laisser conter

Dix ans après sa création, Joël Pommerat reprend sa Cendrillon. Drôle et violente, sa version dit avec délicatesse les affres de l’enfance.

Le conte, pour Joël Pommerat, relève d’un « parti pris d’écriture qui consiste à décrire des faits fictionnels comme s’ils étaient réels (1) ». Selon cette définition, que l’« écrivain de spectacles »(il préfère ce terme à celui de « metteur en scène ») formule dans un livre qu’il a écrit en 2010 avec Joëlle Gayot, il y a donc du conte dans toutes les pièces qu’il crée depuis la fondation de sa Compagnie Louis Brouillard en 1990. Dans sa fragmentaire Réunification des deux Corées (2013), par exemple,…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.