Défaite ou victorieuse, la gauche émerge

Première force d’opposition à l’Assemblée nationale, la Nupes a mené bataille dans 390 circonscriptions au second tour des législatives. Portrait d’un scrutin à travers cinq circonscriptions symboliques.

Pauline Gensel  • 21 juin 2022 abonné·es
Défaite ou victorieuse, la gauche émerge
© Laurence Kourcia / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Ce sera 142 sièges et l’assurance de constituer la principale force d’opposition face à la coalition présidentielle. Alors non, Jean-Luc Mélenchon ne sera pas Premier ministre. Mais la Nupes a réussi à tirer son épingle du jeu et le pari d’une union s’est révélé payant, avec une Assemblée nationale qui compte aujourd’hui 155 élus de gauche, contre 77 en 2017. Une percée électorale qui cache des dynamiques diverses, des symboles multiples.

Symbole d’une nouvelle génération, inquiète pour son avenir et pour la planète dans laquelle elle devra vivre. À l’image de Salomé Robin qui, à 19 ans, affrontait Olivier Véran dans la 1re circonscription de l’Isère. Dans un territoire où le président de la République avait remporté près de 80 % des voix au second tour de la dernière élection présidentielle. L’étudiante en sciences sociales était parvenue à talonner de moins de quatre points le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, candidat à sa réélection.

Même perdantes, de jeunes figures de la Nupes auront su se faire entendre.

« Doit-on continuer notre petite vie à étudier tranquillement, alors que les rapports du Giec nous donnent trois ans pour agir ? » questionnait la candidate lors de son premier discours électoral, le 13 mai. Celle qui se réclame de la « génération Greta Thunberg » tablait sur un électorat jeune, assenant vouloir mettre fin à la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian