« Les quartiers populaires sont assignés à environnement »

Face à des épisodes de canicule de plus en plus fréquents, les zones urbaines défavorisées sont les plus exposées. Explications du géographe Guillaume Faburel.

Yann Mougeot  • 21 juin 2022 abonné·es
« Les quartiers populaires sont assignés à environnement »
Ouvrir les bouches à incendie, ici à Pantin, est parfois une pratique de survie, mais illégale.
© LAURENT EMMANUEL/AFP

Une vague de chaleur exceptionnelle s’est abattue sur toute la France, ce samedi 18 juin. La ville de Biarritz, en atteignant 42,9 °C, a battu son record absolu de température, tous mois confondus, alors que l’été n’avait pas encore commencé. Ailleurs dans l’Hexagone, et en particulier dans les quartiers populaires des grandes métropoles, la chaleur a frappé les plus précaires. Sans climatisation, sans espace ombragé ni brise marine, ces populations sont particulièrement vulnérables au réchauffement climatique et aux épisodes de canicule, dont la fréquence et la puissance s’intensifient.

Guillaume Faburel, géographe et professeur d’études urbaines, publiait en 2019 un rapport intitulé « Vivre les fournaises urbaines », dans lequel il décrit les sentiments de « suffocation » et d’« asphyxie » vécus par les habitants des grandes métropoles. Pour le chercheur, l’urbanisation massive a provoqué l’apparition d’îlots de chaleur dans les zones de grande densité urbaine. En cause, des immeubles mal

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 10 minutes