Avignon : Nos tragédies toujours recommencées

Iphigénie, de Tiago Rodrigues, et Le Moine noir, de Kirill Serebrennikov, deux relectures de classiques qui posent le constat de la répétition de l’histoire.

Anaïs Heluin  • 12 juillet 2022 abonné·es
Avignon : Nos tragédies toujours recommencées
« Iphigénie », revisitée par Tiago Rodrigues, prochain directeur du festival.
© Christophe Raynaud De Lage

La venue au Festival d’Avignon de l’artiste russe Kirill Serebrennikov, exilé à Berlin depuis le début de la guerre en Ukraine, place d’emblée cette 76e édition (du 7 au 26 juillet) dans un rapport fort au présent. Quand bien même la programmation du Moine noir avait été décidée avant le conflit, sa présence largement médiatisée dans la Cour d’honneur du Palais des papes rappelle les violences qui se trament loin, mais pas tant, des murailles avignonnaises où se presse la profession théâtrale. Souvent interrogé sur le sujet, le directeur du festival, Olivier Py, qui quittera ses fonctions à l’issue

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 6 minutes