Avignon : Nos tragédies toujours recommencées

Iphigénie, de Tiago Rodrigues, et Le Moine noir, de Kirill Serebrennikov, deux relectures de classiques qui posent le constat de la répétition de l’histoire.

La venue au Festival d’Avignon de l’artiste russe Kirill Serebrennikov, exilé à Berlin depuis le début de la guerre en Ukraine, place d’emblée cette 76e édition (du 7 au 26 juillet) dans un rapport fort au présent. Quand bien même la programmation du Moine noir avait été décidée avant le conflit, sa présence largement médiatisée dans la Cour d’honneur du Palais des papes rappelle les violences qui se trament loin, mais pas tant, des murailles avignonnaises où se presse la profession théâtrale. Souvent…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.