Monkeypox : Aides appelle à la vigilance

Ce virus mal connu se répand de façon exponentielle et touche particulièrement la communauté gay masculine en Île-de-France. Les associations de lutte contre le sida sont en alerte.

Olivier Doubre  • 6 juillet 2022 abonné·es
Monkeypox : Aides appelle à la vigilance
© KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRA / KKO / Science Photo Library via AFP

Et maintenant, la « variole du singe » ou monkeypox. Si le nom de cette maladie commence à être connu, ses symptômes le sont beaucoup moins. Apparu en Afrique centrale, entre République du Congo et Nigeria, où il a commencé à devenir endémique chez les humains à partir des années 1970, ce virus se propage désormais massivement en Europe, même s’il a été détecté pour la première fois au Danemark en 1958. Depuis deux mois et les premiers cas détectés hors d’Afrique, des épidémiologistes produisent des courbes de projection de son expansion – à caractère exponentiel –, à l’échelle planétaire. Les modes de contamination semblent essentiellement des contacts « peau à peau », avec les fluides biologiques ou des surfaces contaminées, sans que l’on connaisse exactement la dose infectieuse. Une communauté réduite mais ayant des contacts rapprochés peut donc aisément se transformer en cluster.

Ainsi, comme dans de nombreux pays, Santé publique France (SPF) relève que la prévalence est particulièrement élevée parmi le groupe des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), avec des signes cliniques qui diffèrent de ceux enregistrés dans les zones endémiques d’Afrique : « éruptions cutanées buccales, génito-anales, ou sur une autre partie du corps… » Xavier Lescure, l’un des infectiologues en charge du dossier à l’hôpital Bichat à Paris, n’hésite pas à associer le « mode de transmission propre à cette épidémie et la communauté qui porte cette transmission », soulignant que « le principal facteur de risque aujourd’hui est le multipartenariat sexuel ». Selon SPF, plus de 600 cas seraient actuellement recensés en France (plus de 7 000 dans le monde), dont depuis peu des femmes et des enfants, particulièrement à risque de formes graves, suscitant l’inquiétude de l’OMS, qui se refuse pourtant à déclarer l’urgence sanitaire. Des caractéristiques qui ne peuvent que rappeler le précédent de l’épidémie de VIH, d’abord qualifiée dans les médias de « cancer gay »… avant de se diffuser au reste de la population.

Les stocks de vaccins disponibles sont très limités.

Créée autour de Daniel Defert, l’ancien compagnon du philosophe Michel Foucault, l’une des premières personnalités connues décédées en France du sida en juin 1984, l’association Aides ne peut que s’inquiéter face à l’apparition d’une telle épidémie, dont les caractéristiques résonnent étrangement avec les premiers souvenirs du VIH. Sauf que les données scientifiques et cliniques, pour limitées qu’elles soient encore, se différencient grandement : en premier lieu du fait de l’existence d’un vaccin (dénommé Imvanex en France), déjà proposé de façon préventive au Canada, en Allemagne et, depuis le 23 juin, à New York. Mais aussi que la maladie n’apparaît pas mortelle (aucun décès n’ayant été déploré en Europe), ses symptômes s’apparentant plutôt « à une très grosse varicelle », selon l’actuelle présidente d’Aides, Camille Spire, qui prend néanmoins les choses au sérieux. « On reçoit un certain nombre d’appels de personnes, la plupart gays, inquiètes devant l’inconnu que représente cette nouvelle épidémie. Certaines ont vécu l’époque du sida, mais d’autres sont bien plus jeunes. »

Reste que les stocks de vaccins disponibles sont très limités puisque la maladie était quasi inexistante en Europe. À tel point qu’en France l’information sur leur nombre a été classée secret-défense. Camille Spire estime que cela « s’explique sans doute par le fait que le renouvellement des stocks demande du temps ». Et la présidente d’Aides de souligner que « la nécessité d’une vaccination préventive et générale de toute la population n’est pas la réponse la plus pertinente », mais que son association « mène campagne pour une vaccination des populations à risque, en premier lieu les homosexuels masculins ayant plusieurs partenaires, comme l’ont déjà fait le Canada, le Royaume-Uni ou l’Allemagne, mais aussi les acteurs de prévention et les personnes déjà très immunodéprimées ». Camille Spire se demande si la lenteur de la réaction des autorités « n’est pas aussi une manière de gérer la faiblesse des stocks », mais reconnaît que, sur ce dossier, « l’État et le pouvoir médical sont à l’écoute – contrairement à ce qui s’est produit avec le covid-19 – des associations et des acteurs de terrain ».

Société Santé
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant