La PMA « pour toutes », vraiment ?

Un an après le vote de la loi, de nombreuses difficultés apparaissent : manque de personnel, temps d’attente exagérés, discrimination de certaines femmes…

Daphné Deschamps  • 24 août 2022 abonné·es
La PMA « pour toutes », vraiment ?
Conservation de dons de sperme et d’embryons au Cecos de Bordeaux.
© Photo : Burger/Phanie/AFP.

Ce fut le résultat de deux ans de débats parlementaires, mais surtout d’années de militantisme. La procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes a été adoptée par l’Assemblée nationale et promulguée au journal officiel il y a un an, le 2 août 2021. Point clé de la loi de bioéthique, cette extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules était très attendue. Or, un an après, les difficultés se multiplient, tant dans la réalité de cette ouverture que dans sa pratique.

En termes chiffrés, l’Agence de la biomédecine a publié, le 23 mai dernier, les résultats de son troisième comité de suivi de la mise en œuvre de l’assistance médicale à la procréation (AMP), l’autre nom de la PMA. Rien qu’au premier trimestre 2022, 5 126 demandes de première consultation ont été effectuées, dont 47 % par des couples de femmes et 53 % par des femmes seules. Mais seulement 2 562 consultations ont pu avoir lieu. L’agence note une hausse des prises en charge, avec une moyenne de 854 premiers rendez-vous par mois, contre 653 au trimestre précédent. Mais la réalité est très disparate : elle est essentiellement constatée dans les centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (Cécos), dans 31 unités médicales liées à des CHU et réparties sur tout le territoire français. Et si certains affichent des délais d’attente qui pourraient paraître longs, d’autres dépassent le raisonnable.

Anaïs et sa compagne se sont lancées dans une procédure de PMA dès qu’elles ont été certaines que la loi de bioéthique allait être votée, en juin 2021. Bretonnes, elles contactent le Cécos de Rennes, demandant à être placées sur liste d’attente pour être reçues dès la promulgation du texte. Elles peinent pourtant à obtenir une date de rendez-vous : « J’ai attendu tout le mois d’août, puis une bonne partie de septembre, sans nouvelles sauf quand j’appelais, déplore Anaïs. Au début de l’automne, j’étais en congé, alors j’ai décidé de prendre les choses en main et j’ai été très insistante. On a fini par avoir un rendez-vous pour fin mai. » Un délai de presque un an pour une simple visite de présentation. Pourtant Anaïs relativise : « Finalement, on n’est pas si mal loties par rapport aux Lyonnaises. »

Trop longs délais

Le Cécos de Lyon, en effet, est celui où les délais sont les plus extrêmes : en mars dernier, les rendez-vous étaient donnés pour… décembre 2023. Une PMA prend entre douze et dix-huit mois après la première entrevue dans un centre spécialisé. Les femmes qui se décident aujourd’hui à se lancer dans un parcours maternel peuvent espérer accoucher dans quatre ans. En comparaison, dans les pays européens où les couples lesbiens se rendaient avant la promulgation de la loi de bioéthique, comme l’Espagne, la Belgique ou l’Allemagne, les premiers essais d’insémination se font en général dans les deux mois suivant les premiers rendez-vous.

Comment expliquer ces délais ? Évidemment, l’ouverture de la PMA à un nouveau public entraîne une hausse des demandes, mais pas forcément des dons. On pourrait donc penser que c’est un manque de gamètes disponibles qui crée une telle attente. Ce n’est pourtant pas le cas. L’année

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier