« En Italie, l’argument antifasciste ne fonctionne plus du tout »

Ce dimanche, l'extrême droite italienne a bel et bien remporté les élections législatives, comme attendu. Quelques jours avant, l’écrivain WU MING 1 analysait pour nous la conjoncture politique italienne et le poids du complotisme dans la victoire des « postfascistes », au terme d’une « non-campagne électorale ».

Voilà plus de vingt ans que le collectif Wu Ming, composé de cinq romanciers italiens aux visages inconnus, surprend le monde par sa littérature engagée. Célèbres auteurs de best-sellers en Italie et au-delà (même si encore peu traduits en France), ils proposent volontairement des versions numériques gratuites de leurs ouvrages, sans droits d’auteur, un certain temps après leur publication sur papier (téléchargement intégral avec une licence « creative commons » depuis leur site web).

Refusant le vedettariat, en particulier la personnalisation des auteurs ou des artistes, ils ont choisi ce nom chinois qui signifie en mandarin « sans nom » (ou « cinq noms », selon la prononciation). En hommage, aussi, aux dissidents chinois qui signent souvent de la même manière. Chaque membre est désigné par un numéro. Nous avons donc rencontré Wu Ming 1, à l'occasion de la sortie française de Q comme Qomplot (1), étant entendu au préalable que nous ne prendrions aucune photo ou vidéo de lui, même floutées.

© Politis

Comme il vit à Bologne, fief historique depuis 1945 de la gauche italienne – ou de ce qu’il en reste après tant de compromissions et de renoncements depuis près de trente ans –, et que son engagement en faveur de l’émancipation sociale n’a jamais failli, nous avons aussi profité de son passage à Paris pour l’interroger sur l’actuelle campagne électorale, en Italie, bien terne sinon atone, à la veille des élections législatives du 25 septembre. [Nous savons depuis cet entretien que les « postfascistes » de Fratelli d’Italia, emmenés par Giorgia Meloni, alliés avec Berlusconi et la Lega du raciste Matteo Salvini, en sont sortis très largement vainqueurs (44 % des voix), NDLR.]

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.