« Final Cut » de Myriam Saduis, ou la chronique d’une folie familiale

L'autrice et metteuse en scène mêle avec force et subtilité chronique familiale et historique. Sa pièce révèle les traces laissées par la colonisation française en Afrique du Nord.

La folie, chez Myriam Saduis, est un puissant moteur de théâtre. Dès sa première pièce, Affaire d’âme (2004), elle est au cœur de son univers, de ses interrogations. Dans ce texte inédit ­d’Ingmar Bergman, une femme cherchait à atteindre sa propre vérité malgré l’effondrement qui la saisissait, la menant à l’enfermement psychiatrique.

Dans son adaptation de La Mouette intitulée La Nostalgie de l’avenir (2012), Myriam Saduis se penchait sur le rapport entre l’art que tente de développer ­Treplev et son suicide, fruit lui aussi d’une forme de folie.

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.