La Chine génocidaire toujours bienvenue à la Fête de l’Humanité

Le dernier rapport de l’ONU parlant de « crime contre l’humanité » pour qualifier la répression de Pékin contre les Ouïgours n’a pas empêché la Chine d’être invitée, une nouvelle fois, à la Fête de l’Huma.

Hugo Boursier  • 12 septembre 2022
Partager :
La Chine génocidaire toujours bienvenue à la Fête de l’Humanité
© Photo : SERGE TENANI / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP.

Des livres célébrant Xi Jinping d’un côté, des Ouïgours qui meurent dans des camps de concentration de l’autre. Malgré d’ultimes preuves du massacre à l’encontre de la minorité musulmane, enfin reconnu par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme dans un rapport tardif rendu le 31 aoûtLHumanité a maintenu sa traditionnelle invitation du Parti communiste chinois (PCC) à la Fête de l’Huma, qui a eu lieu ce week-end.

Comme chaque année, et ce en dépit de nombreux rapports d’ONG, d’enquêtes journalistiques et d’alertes de la diaspora, Pékin a conservé les mains libres pour déverser sa propagande. Par l’intermédiaire de l’ambassade de Chine, également présente, le public pouvait se délecter de reportages parus dans la revue Dialogue Chine-France, éditée par les nouvelles Éditions de la Route de la soie, où le Xinjiang est vanté pour ses atouts touristiques, sa cuisine ou son parc industriel.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Comme si les 380 centres de « rééducation » où l’autorité chinoise s’adonne à des traitements inhumains n’existaient pas. Ou que le million de personnes qui y sont détenues se résumait à un mythe entretenu par les « ennemis américains ». Une diplomatie du black-out dont le seul but est de « promouvoir l’image de la Chine », _rappelait la chercheuse Séverine Arsène à nos confrères de CheckNews, dès 2019. À la Fête de l’Huma, parmi les députés de la Nupes présents sur place, seuls quelques élus écologistes ont voulu protester, en brandissant des pancartes pour rappeler le génocide en cours. Une action symbolique qui n’apparaît pas dans le compte rendu de _LHuma sur l’événement organisé par le journal.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

La nouvelle arme de Pékin : la faim

Fortement médiatisée, la répression dans les camps, que le régime qualifie de « rééducation », s’organise et prend des formes diverses hors les murs. La nouvelle arme utilisée par Pékin ? La faim. Depuis le confinement strict décrété en août par le pouvoir central dans plusieurs villes, dont la capitale, Urumqi, des habitants se plaignent de ne pas pouvoir s’alimenter ou se soigner. Bloqués chez eux, certains affirment que le régime les affame délibérément. Des témoignages, et notamment des vidéos, grossissent jour après jour le hashtag #StarvationGenocide créé sur Twitter.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Si un débat sur la confrontation entre la Chine et les États-Unis était organisé dans l’espace international du festival, le « Village du monde », impossible de savoir qu’au même moment des Ouïgours étaient descendus dans les rues de Ghulja pour dénoncer la politique de Xi Jinping. Des témoignages publiés sur les réseaux sociaux évoquent aussi l’arrestation de plusieurs manifestants.

La charte de la Fête de l’Huma promettait « un lieu de partage, de solidarité et de lutte contre toutes les violences et les discriminations »…

Les organisateurs de la Fête de l’Huma, dont la charte promettait « un lieu de partage, de solidarité et de lutte contre toutes les violences et les discriminations », ne semblent pas avoir pris connaissance de ces faits. À moins qu’ils ne préfèrent fermer les yeux devant les agissements de l’encombrant PCC, même quand « les allégations de pratiques de torture, […] de traitements médicaux forcés et de mauvaises conditions de détention, tout comme les allégations d’incidents individuels de violences sexuelles et sexistes [à son encontre] sont crédibles », annonce l’ONU. Contacté, Fabien Gay, sénateur communiste de Seine-Saint-Denis et directeur de LHumanité, n’a pas répondu à notre sollicitation.

Monde
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban