Roussel, seul contre son camp

En reprochant à la gauche de défendre les allocations plutôt que le travail, le patron du PCF a une nouvelle fois séduit la droite et suscité l’ire des membres de la Nupes.

Michel Soudais  • 13 septembre 2022 abonné·es
Roussel, seul contre son camp
© Julien Bayou (EELV), Fabien Roussel (PCF), Olivier Faure (PS) et Mathilde Panot (LFI) lors de la Fête de l'Huma, le 10 septembre 2022. (Photo : Serge Tenani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.)

La guerre aura-t-elle lieu » entre la « gauche du travail » et la « gauche des allocs », se demande avec gourmandise Le Figaro ? Au lendemain de la Fête de l’Humanité, l’éditorialiste politique de RTL décelait, pour s’en réjouir, l’existence de « beaucoup plus de gauches irréconciliables » que n’en avait pointé Manuel Valls. En cause, une petite phrase de Fabien Roussel lancée devant quelques journalistes qu’il accueillait au premier jour de la fête : « La gauche doit défendre le travail et le salaire, et ne pas être la gauche des allocations, minima sociaux et revenus de substitution », leur a-t-il déclaré.

Réélu député en juin, il venait de leur dire sa fierté d’avoir remporté l’une des « quinze circonscriptions les plus fortes de l’extrême droite », celle de Saint-Amand-les-Eaux (Nord) où, « pour être rescapé », il lui a fallu entendre « les Français

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)