À 50 ans, le RN conserve ses obsessions

La formation d’extrême-droite fête son demi-siècle ce 5 octobre. Un anniversaire embarrassant pour Marine Le Pen, dont le parti reste pourtant fidèle à l’héritage paternel.

Michel Soudais  • 4 octobre 2022
Partager :
À 50 ans, le RN conserve ses obsessions
© Marine Le Pen avec son père Jean-Marie Le Pen, en janvier 2011, lors de l'élection de cette dernière à la présidence du parti d'extrême-droite lors du congrès de Tours. (Photo : ALAIN JOCARD / AFP.)

Cinquante ans, ça se fête. Sauf au Rassemblement national (RN). Cet anniversaire embarrasse Marine Le Pen, qui aimerait bien faire oublier que son parti, le Front national (FN) qu’elle a rebaptisé en 2018, rassemblait à l’origine des collaborateurs de Vichy et des nostalgiques de l’Algérie française.

Lancé officiellement le 5 octobre 1972 à Paris, Salle des horticulteurs, à l’initiative d’Ordre nouveau – un parti de jeunes néofascistes –, pour rassembler les courants éparpillés de l’extrême droite, le FN s’inspire d’emblée du MSI italien, dont il copie la flamme tricolore brûlant sur un catafalque où les lettres MSI rappelaient aux initiés : « Mussolini sempre immortale ».

Un passé gênant que Mme Le Pen, dans son impensable quête de respectabilité, souhaite évacuer avec un petit « colloque » de trois heures, jeudi, dans l’entre-soi des sous-sols de l’Assemblée nationale. Deux faits récents montrent pourtant que son RN partage bel et bien les obsessions héritées de son paternel.

Il rêve d’empêcher les étrangers de participer aux élections des instances représentatives du personnel, une citoyenneté sociale pourtant reconnue depuis… 1946. À l’Assemblée, ses députés ont déposé plusieurs amendements à l’article 3 du «projet de loi sur le fonctionnement du marché du travail», qui définit les conditions requises pour être électeur dans les entreprises.

Les costumes et cravates n’y changent rien, le RN reste tel que le FN l’a fait.

Le premier, présenté par Laure Lavalette, porte-parole du groupe, pour réserver ce droit aux salariés « de nationalité française», ou du moins, à ceux «disposant de la nationalité d’un État membre de l’UE», concède un amendement de repli de Matthieu Marchio, qui demande dans un autre que les salariés électeurs maîtrisent «couramment la langue française». Tous amendements cosignés par dame Le Pen.

Le 22 septembre, Louis Aliot, maire de Perpignan et candidat à la succession d’icelle à la présidence du RN, fait voter en conseil municipal une délibération pour donner le nom de Pierre Sergent à une esplanade de la ville. Opposant à l’indépendance de l’Algérie et à De Gaulle, ce capitaine d’armée est l’un des fondateurs de l’OAS et son « chef d’état-major » en métropole. Il est à l’initiative de nombreux attentats à la bombe et assassinats – y compris contre l’initiateur de la Ve République.

En fuite à l’étranger, Pierre Sergent bénéficie de l’amnistie de 1968 et revient dès lors en France, où il reprend des activités politiques à l’extrême droite. En 1985, ce terroriste non repenti adhère au FN de papa, qui le propulse à la tête de la fédé des Pyrénées-Orientales. Il y est élu député et conseiller régional en mars 1986 sous l’étiquette… « Rassemblement national ».

Les costumes et cravates n’y changent rien, le RN reste tel que le FN l’a fait.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian