Altice, LVMH : secret des affaires, droit sacré

Votée en 2018, la loi sur le secret des affaires continue de montrer ses effets délétères contre la liberté de la presse. En témoignent encore deux affaires récentes.

Hugo Boursier  • 12 octobre 2022
Partager :
Altice, LVMH : secret des affaires, droit sacré
© Des membres d'Attac, à Antibes, le 24 septembre 2022, demandant la taxation des profits des ultra riches. (Photo : VALERY HACHE/AFP.)

Alors que la fin de l’abondance a été instaurée par Emmanuel Macron, vous souhaitez en savoir plus sur le très polluant train de vie du milliardaire Patrick Drahi ? Tandis que l’austérité budgétaire assèche les caisses de l’État, vous voulez connaître la manière dont LVMH profite par sa fondation d’importantes réductions fiscales estimées à plusieurs centaines de millions d’euros ?

D’après deux décisions, l’une rendue par le tribunal du commerce, le 6 octobre, et l’autre par le Conseil d’État, le lendemain, ces deux informations d’intérêt général ne seront jamais révélées. La raison ? Le secret des affaires.

Inspirée par les intérêts des industriels, qui ont largement étendu le champ des informations jugées trop « sensibles », la loi sur le secret des affaires a été adoptée en 2018 par la France d’après une directive européenne.

Acrobatie démocratique

Depuis, les médias en font les frais. Le site d’investigation Reflets s’est vu refuser de publier d’autres articles à la suite de ses révélations sur le groupe Altice, après une importante fuite de documents disponibles en ligne. Le tribunal admet qu’il n’y a aucun délit dans ses enquêtes… mais interdit aux journalistes d’en publier d’autres. « On est dans Minority Report ! », dénonce le rédacteur en chef, Antoine Champagne, dans Marianne.

Lire aussi > « Patrick Drahi ne nous fera pas taire »

Du côté de LVMH, c’est le brouillard complet. Impossible d’accéder, comme le souhaitait Anticor, aux comptes annuels des années 2016 et 2017 de la fondation du groupe. L’ONG, qui lutte contre la corruption, les a réclamés après que la Cour des comptes, dans un rapport de 2018, avait pointé l’exonération fiscale massive dont jouissent les entreprises du groupe LVMH pour financer le projet.

La préfecture, la Commission d’accès aux documents administratifs et, désormais, le Conseil d’État ont dit non. La plus haute juridiction estime que la protection de la vie privée peut s’appliquer aussi à la Fondation, personne morale… pourtant d’intérêt général, selon ses statuts. Acrobatie antidémocratique.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Avec les législatives, les patrons publics en roue libre
Patronat 11 juillet 2024

Avec les législatives, les patrons publics en roue libre

Les très libérales Rencontres économiques d’Aix-en-Provence se tenaient le week-end dernier, à la veille du second tour des législatives. Retour sur un débat lunaire qui illustre la déconnexion et la radicalisation des élites économiques du pays.
Par Pierre Jequier-Zalc
Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches
Fiscalité 21 juin 2024

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches

Dans son programme, le Rassemblement national veut supprimer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour le remplacer par un impôt sur les fortunes financières (IFF). Un beau cadeau, uniquement à destination des 1 % les plus riches.
Par Pierre Jequier-Zalc
Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres
Économie 21 juin 2024

Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres

L’alliance des gauches se positionne pour une politique de relance et d’investissements massifs. Un chiffrage permettant de financer un programme de « rupture immédiate et claire avec la politique d’Emmanuel Macron ».
Par Lucas Sarafian
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître