La littérature et l’amitié contre le racisme

Deux ouvrages montrent la nécessité de faire dialoguer les imaginaires et les cultures pour échapper aux faux-semblants de la « diversité ».

Anaïs Heluin  • 26 octobre 2022 abonné·es
La littérature et l’amitié contre le racisme
© Photo : FRED TANNEAU / AFP.

Pour l’écrivain Rodney Saint-Éloi, les éditions Mémoire d’encrier – qu’il a fondées en 2003 à Montréal – sont une manière de défendre la « diversité » telle qu’il l’entend et non telle qu’elle existe au sein des institutions culturelles du Québec.

En y publiant des auteurs amérindiens, québécois, arabes, haïtiens, africains ou encore antillais, il entend créer un partage des imaginaires, un espace de dialogue culturel réel et non pas de façade.

Il fait place à la forêt

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 4 minutes