L’outre-mer qu’on voit danser

Mis en lumière par le festival Souffle o.I. à La Réunion, un ambitieux projet de mutualisation des forces chorégraphiques émerge dans l’océan Indien.

Jérôme Provençal  • 5 octobre 2022 abonné·es
L’outre-mer qu’on voit danser
© Murmures des décasés, de Djodjo Kazadi. (Photo : Cie Kazyadance.)

Inscrit dans le cadre d’une association loi 1901, Lalanbik est apparu en 2014 à La Réunion pour pallier l’absence d’organisme spécifiquement consacré à la danse dans l’océan Indien. D’abord ancré au Port, commune à la pointe nord de l’île entre Saint-Paul et Saint-Denis, le lieu s’est fixé plusieurs missions : soutenir les artistes, favoriser la création, transmettre la pratique, sensibiliser les publics, fournir des informations et constituer un fonds d’archives (sur son site Internet et sur la plateforme numeridanse.tv). Toutes ses actions sont menées en lien et en concertation avec les collectivités et les structures ou personnes qui opèrent dans le champ de la danse au niveau local.

Approchant le cap des dix ans d’existence, Lalanbik semble aujourd’hui en pleine croissance sous

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Spectacle vivant
Temps de lecture : 5 minutes