À Calvignac, chasse, mort et intimidations

Deux ans après le décès de Morgan Keane, 25 ans, tué un jour de chasse dans cette commune du Lot, le tireur et le président de battue comparaissent devant le tribunal de Cahors. Et le village se déchire.

Emma Conquet  • 16 novembre 2022 abonné·es
À Calvignac, chasse, mort et intimidations
© Un ami de Morgan Keane brandit son portrait lors d’une marche blanche à Cajarc, le 4 décembre 2021. (Photo : Valentine CHAPUIS / AFP.)

Dans le recoin d’un bois du Lot, près de la départementale D19, se détachent deux silhouettes. Leurs chasubles orange fluo jurent avec les feuilles de chêne qui tapissent le sol en ce dimanche d’automne. « Et de trois ! » dénombre Fabien, 28 ans, venu chasser le sanglier accompagné de Julien, 13 ans.

Des randonneurs passent. Talkie-walkie à la main et carabine en bandoulière, l’homme se veut rassurant : « Ici, on suit le protocole à la lettre, l’accident n’aurait jamais dû arriver. » Il fait référence au drame qui a bousculé les environs, un jour de chasse à Calvignac.

Le 2 décembre 2020, dans le hameau de La Garrigue, alors qu’il coupe du bois devant chez lui, Morgan Keane a été tué par un chasseur. Il avait 25 ans. Le tireur ainsi que le président de battue devaient comparaître devant le tribunal correctionnel de Cahors, ce jeudi 17 novembre, pour « homicide involontaire ».

Dans cette bourgade de 200 âmes, perchée au cœur du parc naturel régional des Causses du Quercy, cette tragédie est un choc immense. Tout le monde connaissait ce jeune homme orphelin qui vivait isolé avec son frère cadet, Rowan, au creux de la vallée du Lot. « Ses copains le surnommaient Blanche-Neige, car il y a toujours plein

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

La CGT obtient de la justice l’exclusion de la CGT PSA-Poissy
Syndicats • 9 décembre 2022 abonné·es

La CGT obtient de la justice l’exclusion de la CGT PSA-Poissy

Le tribunal de Bobigny a tranché. Les militants du syndicat « historique » de l’usine Peugeot-Citroën de Poissy, dont Jean-Pierre Mercier, ne peuvent plus prétendre appartenir à la CGT. L’aboutissement d’un an de guerre fratricide au sein de la confédération.
Par Pierre Jequier-Zalc
Police : le tabou judiciaire du faux en écriture publique
Police • 7 décembre 2022

Police : le tabou judiciaire du faux en écriture publique

Il est le corollaire des violences policières : les agents mentent dans les procès-verbaux pour se couvrir. Pourtant, le faux en écriture publique, infraction criminelle, peine à être poursuivi par la justice. Encore un tabou ?
Par Nadia Sweeny
« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »
Entretien • 7 décembre 2022 abonné·es

« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »

Loïc Pageot est vice-procureur de Bobigny, en charge des dossiers mettant en cause des policiers. Affecté depuis douze ans dans la 2ème plus grande juridiction du pays, il évoque, sans langue de bois, la gestion de ces dossiers complexes.
Par Nadia Sweeny
Violences policières : un œil et dix ans de perdus
Enquête • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : un œil et dix ans de perdus

Il y a dix ans, Driss perdait son œil sous les coups d’un policier. Depuis, la justice peine à déjouer les mensonges des agents et à instruire une affaire dans laquelle se sont mêlés absence de communication entre brigades, recours à une brutalité aussi extrême que gratuite et complaisance du parquet. Politis a eu accès à ce dossier inédit. Récit de dix années de combat judiciaire.
Par Nadia Sweeny