Marc-Antoine Jamet : baron d’or

Le secrétaire général de LVMH, aussi maire socialiste de Val-de-Reuil, cumule les casquettes mais refuse d’être qualifié d’« homme de réseaux ».

Hugo Boursier  • 30 novembre 2022 abonné·es
Marc-Antoine Jamet : baron d’or
Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Rueil, en décembre 2013.
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Jongler entre le public et le privé, Marc-Antoine Jamet ne s’en cache pas : il l’a même théorisé. Le 10 février 2016, lorsqu’il reçoit les insignes d’officier de la Légion d’honneur des mains de son ami Bernard Cazeneuve, le secrétaire général de LVMH et maire socialiste de Val-de-Reuil (Eure) explique : « Je fais du funambulisme entre travail et capital, marché et État, solidarité et entreprise. C’est mon équilibre. Il faut recevoir et restituer. J’ai essayé de rendre le meilleur des deux, ce qui peut, socialement et politiquement, me rapprocher de l’hermaphrodite. »

Je fais du funambulisme entre travail et capital, marché et État, solidarité et entreprise. C’est mon équilibre.

Depuis qu’il cumule ces deux activités, auxquelles il a accédé la même année, en 2001, l’homme marche sur un fil entre les cercles de pouvoir. Avec des identités et des réseaux qui se confondent.

Ce « funambulisme » bien particulier n’est pas encore un sport olympique, même si Marc-Antoine Jamet en serait un fervent représentant. En vue des Jeux de Paris 2024 ? Cette compétition présente pour lui de multiples intérêts. Comme cadre indéboulonnable du numéro un mondial du luxe, qui bénéficierait d’une très forte exposition s’il devenait un sponsor premium : 4 milliards de télé­spectateurs et 10 millions de touristes venus spécialement dans la capitale pour les JO. Comme président du Comité

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Publié dans le dossier
LVMH : Paris sous emprise
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre