No pasarán !

Contre la « nouvelle internationale fasciste », le sociologue Ugo Palheta appelle la gauche à renouer avec l’internationalisme. Un salutaire essai de combat.

Sébastien Fontenelle  • 16 novembre 2022 abonné·es
No pasarán !
© Manifestation antifasciste à Bayonne le 1er mai 2022. (Photo : Yann Macherez / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.)

De la même façon que « le fascisme fut un mouvement global dans l’entre-deux-guerres », le néofascisme « forme » aujourd’hui une nouvelle « internationale » brune implantée partout dans le monde, du Brésil de Bolsonaro à la Russie de Poutine en passant notamment par l’Inde de Modi et la Hongrie d’Orban, constate le sociologue Ugo Palheta dans ce salutaire essai de combat.

Il n’y a rien là de complètement nouveau, puisque non seulement « les extrêmes droites des différents pays et régions du monde, qu’il s’agisse de cénacles intellectuels, de groupuscules violents, de milices armées ou de grosses machines électorales » – comme

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 5 minutes