« Pour un temps sois peu » de Laurène Marx : sois trans et parle

Relatant un parcours de transition, le spectacle donne le pouvoir à celles et ceux qui ne l’ont pas.

Anaïs Heluin  • 16 novembre 2022 abonné·es
« Pour un temps sois peu » de Laurène Marx : sois trans et parle
© Une écriture très orale, pleine d’un humour façon uppercut. (Photo : Boris Dydim.)

Lorsqu’elle traverse le plateau du Théâtre de Belleville pour rejoindre le micro sur pied dressé en son bord, Laurène Marx crée un doute, une hésitation. Si, en se dirigeant vers cet unique objet présent sur la scène nue, l’autrice de la pièce semble sur le point d’entamer un stand-up, quelque chose dans son attitude nous avertit que ce n’est pas le cas, ou pas tout à fait.

C’est comme une ombre, non seulement dans son regard, mais aussi dans tout son corps, malgré le haut multicolore qu’elle porte avec un pantalon de jogging noir et tous ses colliers, toutes ses bagues qui scintillent comme des appels à la légèreté et à la joie.

Le titre du spectacle, Pour un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 6 minutes