Annie Ernaux : « Je suis la récipiendaire d’un Nobel collectif »

Ce 10 décembre, l’écrivaine prononce son discours du prix Nobel de littérature à Stockholm. Et dans quelques jours sortira sur les écrans Les Années super 8, le film réalisé avec son fils. D’excellentes raisons d’aller rencontrer de nouveau cette année l’une des très grandes autrices contemporaines.

Christophe Kantcheff  • 7 décembre 2022 abonné·es
Annie Ernaux : « Je suis la récipiendaire d’un Nobel collectif »
Annie Ernaux est née en 1940, et a grandi à Yvetot, en Seine-Maritime, où ses parents tenaient une épicerie. Sa biographie est ensuite intrinsèquement liée aux livres qu’elle a publiés. L’écrivaine vit à Cergy (Val-d’Oise) depuis 1975.
© Olivier Roller

Vous allez prononcer votre discours de récipiendaire du prix Nobel de littérature le 10 décembre. Vous avez annoncé qu’il serait « engagé », ce qui n’est pas fait pour nous surprendre. Mais, par ailleurs, êtes-vous à l’aise avec cette institutionnalisation ?

Annie Ernaux : Pas vraiment. Je ressens une sorte d’enfermement qui n’est pas du tout agréable, et dont j’espère me débarrasser une fois le discours prononcé. En outre, il y a tout un protocole à respecter : les invités, le costume, les robes longues obligatoires pour les femmes… Je découvre ce rituel qui me paraît d’un autre âge.

C’est une chose à laquelle je n’avais jamais pensé. Parce que je n’avais jamais imaginé qu’un jour le Nobel me serait attribué. J’ai obtenu quelque chose d’immense que je n’ai jamais désiré. J’affronte cet événement avec ce que je suis, d’une manière non conventionnelle, parce que je ne sais pas me glisser dans les conventions. Dans mon discours, je vais essayer de faire passer ce qui est au cœur de mon travail d’écriture.

Obtenir le prix Nobel de littérature, c’est-à-dire la consécration la plus importante qui soit, n’est-ce pas le plus grand écart possible avec son milieu d’origine pour une transclasse ?

Le prix Nobel est une institution et, en tant que telle, elle n’échappe pas aux déterminations sociales. Concernant le Nobel, celles-ci se rapprocheraient davantage de l’aristocratie que de la bourgeoisie. Mais, au risque de me contredire, je dirais tout de même que le prix Nobel transcende les classes.

Est-ce la dimension universelle du prix qui vous fait dire cela ?

Oui, il y a une universalité dans le Nobel qui me

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture Littérature Grands entretiens
Temps de lecture : 13 minutes

Pour aller plus loin…

Tom Verlaine, disparition d’une figure du punk rock
Décès • 30 janvier 2023

Tom Verlaine, disparition d’une figure du punk rock

Figure de la scène musicale new-yorkaise, Tom Verlaine était le leader de l’éphémère groupe Television, dont le premier album, « Marquee Moon » montrait que les préoccupations mélodiques pouvaient entrer dans le champ du punk-rock.
Par Christophe Kantcheff
« 7 femmes en scène » : rallumer les étoiles
Livre • 25 janvier 2023 abonné·es

« 7 femmes en scène » : rallumer les étoiles

Dans un passionnant essai, Juliette Riedler convoque sept artistes d’époques et de pratiques différentes. À travers des portraits singuliers, elle met au jour des mécanismes d’émancipation possible par la scène.
Par Anaïs Heluin
Ariane Ascaride : « Je veux faire entendre la modernité de Brecht »
Entretien • 25 janvier 2023 abonné·es

Ariane Ascaride : « Je veux faire entendre la modernité de Brecht »

En compagnie du compositeur et accordéoniste David Venitucci, Ariane Ascaride interprète Du bonheur de donner, à partir de poèmes de Bertolt Brecht. Alliant des thèmes étonnamment actuels et une riche palette d’émotions, ce spectacle magnifique ressemble de près à la comédienne. Rencontre.
Par Christophe Kantcheff
« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »
Entretien • 25 janvier 2023 abonné·es

« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »

Depuis 2018, la jeune militante Léna Lazare réfléchit aux stratégies pour faire vaciller la politique néolibérale et antiécologique des macronistes. Et s’en prend aux « technosolutionnistes ». Un regard lucide et radical jamais hors sol.
Par Vanina Delmas