L’école, pilier de la République (mais pas tant que ça)

Politis  • 3 décembre 2022
Partager :
L’école, pilier de la République (mais pas tant que ça)
© CC0 / Pxhere.com

Pas d’électricité, pas d’école le matin. C’est ce qu’a expliqué le ministre de l’Éducation nationale, Pape Ndiaye, lors de sa visite sur le salon Educatech Expo à Paris, le 1er décembre. C’est ce qui pourrait se passer dans les zones concernées par des coupures de courant en cas d’hiver rude, selon une circulaire gouvernementale qui sera prochainement envoyée aux préfets. « Les délestages programmés vont en effet toucher les écoles et les établissements scolaires, selon trois créneaux : 8 heures-10 heures, 10 heures-12 heures et puis 18 heures-20 heures le soir » a-t-il expliqué à la presse.

De quoi faire fulminer les syndicats enseignants, qui n’ont pas été consultés. Et qui ne manque pas de nous faire s’interroger sur ces fermetures d’écoles, jugées pourtant impensables lors des pics de covid les plus élevés. Fermetures éventuelles qui n’arrangeront pas un chiffre déjà alarmant : 15 000 heures de cours ont déjà été perdues depuis la rentrée scolaire, selon le site Ouyapacours de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), qui permet aux parents de déclarer le temps d’enseignement perdu pour cause de non-remplacement d’un ou plusieurs enseignants.

Nuisances
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don