Michel Cloup : chaos debout

Verbe haut, poings fermés et cœur serré, le nouvel album de Michel Cloup, « Backflip au dessus du chaos » secoue autant qu’il émeut.

Guillaume Deleurence  • 14 décembre 2022 abonné·es
Michel Cloup : chaos debout
Avec ce nouveau disque, le Toulousain voulait « retrouver le goût de l’expérimentation ».  
© Billie Cloup

Album après album, Michel Cloup trace son sillon bien à lui dans le ­paysage du rock français, en musicien indépendant et soucieux de le rester, faisant vivre une certaine idée de la musique, la sienne : des disques sombres où percent quelques lumières, souvent âpres, parfois doux, malaxant aussi bien les coups de colère contre l’époque que les coups de cafard intimes, sur la ligne de crête entre fractures collectives et fêlures personnelles.

Michel Cloup est une voix qui importe, toujours à hauteur humaine. Le Toulousain se définit lui-même comme un « ouvrier du spectacle ». Il nous livre depuis une trentaine d’années une foisonnante matière sonore à travers divers projets : de Diabologum, son groupe le plus connu, en passant par Expérience, Lucie Vacarme et ses quatre albums sous son nom, jusqu’au récent À la ligne. Chansons d’usine en 2020, adaptation du livre de Joseph Ponthus, en collaboration avec son compère Julien Rufié et Pascal Bouaziz, du groupe Mendelson.

« Lâcher la bride »

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 3 minutes