La police française est complaisante avec Pékin

Dilnur Reyhan, présidente de l’Institut ouïghour d’Europe (Iode) est visée par une plainte de l’ambassade de Chine à Paris. Mais c’est surtout l’attitude de la police française qu’elle dénonce.

Politis  • 25 janvier 2023
Partager :
La police française est complaisante avec Pékin
Marche contre le génocide ouighour, le samedi 2 octobre 2022 à Paris.
© Fiora Garenzi / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.

Plusieurs jours après sa convocation à la brigade de recherches d’Évry-Courcouronnes (91), Dilnur Reyhan ne cache pas son émotion. La présidente de l’Institut ouïghour d’Europe (Iode) est habituée aux intimidations de Pékin, qu’elles proviennent directement de Chine ou des trolls pro-Xi Jinping. Cette fois-ci, c’est l’ambassade de Chine à Paris qui porte plainte contre elle. Mais c’est surtout l’attitude de la police française qui choque la professeure à l’Inalco (Institut national des langues et des civilisations orientales.)


Le 12 décembre, je reçois un e-mail d’un officier de police judiciaire sur mon adresse personnelle. Il m’indique que je suis visée par une enquête et que je dois le rappeler. Je suis ainsi convoquée, dès le lendemain, alors qu’à l’Inalco nous sommes en pleine période de partiels.

Le rendez-vous sera finalement reporté au 12 janvier. Le policier me précise que je peux être accompagnée d’un avocat et, après que je lui ai demandé l’objet de l’enquête, il me répond : « L’Ambassade de Chine a porté plainte contre vous. Ça concerne ce qui s’est passé à la Fête de l’Humanité. »

Retour en arrière. Fête de l’Huma, édition 2022. Les organisateurs ont invité l’ambassade de Chine. Elle a un stand où elle déverse sa propagande. En réaction, nous lançons une campagne d’indignation sur les réseaux sociaux. Nous interpellons les politiques de gauche qui se rendent à la Fête. Vont-ils faire comme si de rien n’était, alors que la France a reconnu le génocide en cours mené par la Chine contre la nation ouïghoure ?

Le 10 septembre, les élus écologistes organisent une manifestation express devant le stand de l’ambassade. Un twittos m’a soufflé l’idée d’une action symbolique : arroser de peinture rouge l’emplacement de l’ambassade. Je décide de partir sur place avec Gulbahar Jalilova, une Ouïghoure du Kazakhstan rescapée des camps d’internement en région ouïghoure, et un ami qui nous y conduit, pour rejoindre d’autres activistes venus manifester.

La Chine est en train de mener un génocide contre tout un peuple, mais c’est moi, Ouïghoure, que l’on accuse de racisme.

Une fois arrivés devant le stand, tout s’accélère. Gulbahar Jalilova commence à disperser de la peinture rouge mais, trop diluée, la couleur vire au rose. Je décide de prendre l’autre bouteille de peinture, plus dense, et j’asperge le kakémono placé devant le stand. À ce moment-là, d’abord, un garde chinois arrive par-derrière et essaie de me maîtriser.

Comme je ne me laisse pas faire, la bouteille se déverse autour de moi. Je mets une dernière goutte sur le kakémono. Nous finissons par partir, bien difficilement puisque l’un des deux gardes poursuit la personne qui nous accompagnait. D’ailleurs, on entend qu’elle crie « À l’aide ! », dans une vidéo qu’elle a prise.

Banale scène de mobilisation ? Pas vraiment. En tout cas, pas pour l’ambassade de Chine. Car elle utilise cette excuse pour porter plainte contre moi. Avec comme motif : « Attaque raciste contre deux personnes en raison de leur origine » chinoise et « dégradation de bien ». Il faut bien se rendre compte de l’absurdité de la démarche : la Chine est en train de mener un génocide contre tout un peuple, mais c’est moi, Ouïghoure, que l’on accuse de racisme.

Ce qui me met le plus en colère, ce n’est pas l’attitude de l’ambassade. Elle joue son rôle : intimider, par n’importe quel moyen. Non, ce qui me met en rage, c’est bien plus le comportement de la police française, qui prend le temps de me convoquer, de chercher mon e-mail personnel et de vouloir faire passer mon activisme pour un crime. Moi, chercheuse activiste ouïghoure, sans nouvelles de ma famille depuis quatre ans, accusée de racisme ? J’ai l’impression d’avoir un policier chinois en face de moi.

En étant complaisante avec Pékin, la police française participe au recul de la démocratie.

La Chine aura réussi son coup. En m’humiliant, elle livre un message clair : « Prenez garde, car la police française ne va pas vous protéger, même lorsque vous êtes français. » Faire peur aux militants en exil, la Chine l’a toujours fait. Mais il s’agit là d’une tout autre méthode : utiliser les lois de la démocratie pour réprimer les citoyens qui luttent en faveur des droits humains.

Car seulement deux jours après ma convocation, un jeune activiste français du groupe local Metz for Uyghurs a également été convoqué par la police pour une plainte en diffamation de l’Institut Confucius, après avoir qualifié de « propagandistes » ces établissements accusés d’espionnage dans de nombreux pays. Ces affaires sont loin d’être anecdotiques. En étant complaisante avec Pékin, la police française participe au recul de la démocratie.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Carte blanche

La carte blanche est un espace de libre expression donné par Politis à des personnes peu connues du grand public mais qui œuvrent au quotidien à une transformation positive de la société. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don