« L’anti-intellectualisme a gagné la gauche »

L’académicienne Danièle Sallenave et le professeur de science politique Laurent Jeanpierre pointent la mise à distance des universitaires par les politiques.

Hugo Boursier  • 11 janvier 2023 abonné·es
« L’anti-intellectualisme a gagné la gauche »
Jérôme Rodrigues, figure des gilets jaunes, lors de la marche contre la vie chère, à Paris le 16 octobre 2022.
© Virginie Haffner / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.

Impopulaires, les idées ? C’est le constat que dressent Danièle Sallenave et Laurent Jeanpierre, deux auteurs réunis pour la première fois. L’une est écrivaine, académicienne et autrice, entre autres, de Rue de la justice (Gallimard, 2022). L’autre, chercheur prolifique et passionné par les changements politiques qu’il a analysés, récemment, dans La Perspective du possible (avec Haud Gueguen, La Découverte, 2022).

Tous deux observent avec la plus grande méfiance l’écart qui s’est creusé entre la gauche et le monde intellectuel. Surtout lorsqu’il s’agit, de la part des politiques, d’une posture grossière pour se donner des airs plus proches du peuple. Un jeu de rôles qui transpire, avant tout, le mépris de classe. Au cours d’un échange sans concession, ils appellent à renouveler les espaces populaires de discussion et de mise en commun inspirés, comme ils l’ont eux-mêmes été, par la crise des gilets jaunes, sur laquelle ils ont l’une et l’autre écrit.

En tant qu’intellectuels, comment expliquez-vous l’écart entre la diversité des idées et leur pénétration dans le champ politique à gauche ?

Laurent Jeanpierre : Il y a un écart temporel inévitable entre le moment où des idées sont élaborées et diffusées dans le monde intellectuel, littéraire ou artistique, et celui où elles arrivent dans le monde politique. Y a-t-il une distance plus grande aujourd’hui ? Je le pense. Les partis de gauche ont délaissé la production d’idées en déléguant la production programmatique à des think tanks et en disqualifiant les mondes intellectuel et universitaire. L’anti-intellectualisme a gagné, pas simplement l’extrême droite, la droite, éventuellement une partie de la gauche radicale, mais aussi la gauche mainstream et le gouvernement actuel.

Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir de Manuel Valls disqualifiant les sciences sociales, parce qu’explication vaudrait excuse. Je pense aussi à François Hollande, qui laissait entendre que les idées ne servaient à rien dans la lutte interne pour gagner les élections. Et je pense bien sûr aux politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche qui n’ont pas été favorables à l’écosystème des idées, même quand la gauche était au pouvoir.

Les partis de gauche ont délaissé la production d’idées.

Un autre facteur d’explication repose sur le poids des hauts fonctionnaires et la formation des énarques, dans laquelle l’inculture domine, en sciences sociales notamment. On se souvient qu’il y a eu, en France, des écrivains diplomates, des ministres poètes… Les trajectoires de ce type, qui existaient encore juste après le début du mitterrandisme, ont totalement disparu.

Danièle Sallenave : Ce à quoi je suis de plus en plus sensible, c’est autre chose : l’écart entre le monde des idées, le monde politique, et le monde des « gens d’en bas ». Cela m’a sauté aux yeux quand je travaillais sur une époque ancienne : les débuts de la IIIe République. En essayant de reconstituer ce qu’était le monde vécu par mon arrière-grand-mère, simple laveuse

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Publié dans le dossier
50 idées nouvelles pour la gauche
Temps de lecture : 13 minutes

Pour aller plus loin…

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
Gaza, cette moins que rien
Intersections 21 février 2024

Gaza, cette moins que rien

Les soldats israéliens n’hésitent pas à mettre en scène leurs exactions contre les Palestiniens dans des photographies, devenant des éléments fondamentaux du processus de torture lui-même.
Par Kaoutar Harchi
La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes
Livre 21 février 2024 abonné·es

La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes

Le politiste Alessio Motta revient sur quarante ans d’émeutes urbaines en analysant le processus qui les voit s’étendre sur une grande part du territoire, la plupart après des violences policières.  
Par Olivier Doubre
« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »
Entretien 14 février 2024 abonné·es

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »

Depuis quarante ans, George Monbiot, éditorialiste britannique du Guardian, alerte sur les ravages écologiques. Dans son livre Nourrir le monde sans dévorer la planète, il s’attaque aux dérives du système alimentaire et se demande comment faire émerger un « monde d’après » agricole.
Par Tristan Dereuddre