Pourquoi la nouvelle PAC n’est pas à la hauteur

Le 1er janvier, une nouvelle version de la politique agricole commune (PAC) est entrée en vigueur. Passage en revue de ce qui pose problème.

Rose-Amélie Bécel  • 4 janvier 2023 abonné·es
Pourquoi la nouvelle PAC n’est pas à la hauteur
© J-F TRIPELON-JARRY / ONLY FRANCE / Only France via AFP

Après soixante ans d’existence, la plus coûteuse des politiques européennes n’est plus à la hauteur des enjeux auxquels fait face aujourd’hui le monde agricole. Passage en revue de ses insuffisances.

Elle ne prend pas en compte les attentes et propositions citoyennes

Qui dit nouvelle PAC dit nouvelle méthode. Désormais, sa mise en œuvre ne se décide plus seulement à l’échelle européenne mais aussi nationale, grâce au transfert d’une large partie des pouvoirs de la Commission vers les États. Ils seront chargés d’orienter eux-mêmes les fonds de la PAC, en établissant un plan stratégique national (PSN) valable pendant cinq ans, qui doit tout de même faire l’objet d’une validation par la Commission.

Pour préparer ces PSN, les États ont été invités à recueillir l’avis des citoyens sur l’avenir de l’agriculture et de l’alimentation. En France, le cadre de la concertation a été défini par la Commission nationale du débat public, après une centaine d’entretiens avec les parties prenantes du secteur (exploitants, syndicats,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie
Temps de lecture : 7 minutes