« La gauche ne nous semble pas au bon endroit sur les questions de santé »

Anciens militants d’Act Up-Paris, Pauline Londeix et Jérôme Martin ont fondé l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds). Une structure activiste devenue référente sur les questions de santé publique, alors que la pandémie de covid-19 se développait.

Olivier Doubre  • 9 mars 2023 abonné·es
« La gauche ne nous semble pas au bon endroit sur les questions de santé »
Jérôme Martin et Pauline Londeix, à Paris, en février 2022.
© Clémence Demesme – tous droits réservés.

Pauline Londeix est née en 1986, elle a été vice-présidente d’Act Up-Paris en 2008. Elle a ensuite travaillé pour des ONG sur les politiques des médicaments à travers le monde, surtout dans les pays à bas et moyens revenus, mais aussi aux États-Unis ou à Genève, où siège l’Organisation mondiale de la santé. Jérôme Martin, enseignant en banlieue parisienne, né en 1974, a été président d’Act Up-Paris de 2003 à 2005. Il a ensuite milité contre le racisme et pour une laïcité ouverte, opposée à son instrumentalisation par la droite et l’extrême droite. En 2019, ils ont fondé ensemble OTMeds.

Pourquoi avoir créé cet observatoire, OTMeds ?

Pauline Londeix : En 2019, nous avions réussi avec d’autres activistes à obtenir le revirement de la position française à l’Organisation mondiale de la santé [en faveur de l’adoption d’une résolution censée permettre plus de transparence sur les politiques du médicament, la fixation des prix et l’accès des populations aux médicaments génériques, notamment dans les pays du Sud], et in fine emporté le vote du texte [car le revirement français a entraîné un basculement général des autres États, à l’exception du Royaume-Uni et de l’Allemagne].

Sur le modèle de ce que nous avions appris à Act Up-Paris : en révélant au public et aux médias la position – scandaleuse – du gouvernement français, à la veille des élections européennes. C’est là qu’est née la volonté de créer une structure plus pérenne, qui puisse travailler sur ces questions, mener des enquêtes, produire des données et des textes, intervenir dans le débat public. Nous nous sommes alors retrouvé·es, Jérôme et moi, autour de ce projet.

Jérôme Martin : Après quinze ans à Act Up, je suis passé à autre chose, notamment des activités syndicales dans l’enseignement, antiracistes, sur les questions de laïcité. Mais quand, en 2019, il y a eu cette bataille que vient de décrire Pauline, cela m’a tout de suite rappelé la conférence internationale de Vienne en 2010 sur le sida, où des activistes du Sud étaient venus nous voir en nous disant : c’est très bien de vous battre sur les questions de brevets, de prix et d’accès aux médicaments pour nous, au Sud, mais vous devriez aussi poser la question au Nord.

Nous avons appris des militants du Sud que la question des traitements et du rapport de force avec l’industrie pharmaceutique était systémique.

De fait, cela s’était très peu fait jusqu’alors. Nous avons ainsi appris des militants du Sud que la question des traitements et plus largement du rapport de force avec l’industrie pharmaceutique ne devait pas se limiter à une dimension « humanitaire », mais qu’elle est bien systémique, structurelle.

P. L. : En juin 2019, on a donc créé OTMeds. D’abord pour contraindre la France à appliquer ce texte que nous avions contribué à faire adopter. À peine six mois après, la pandémie de covid a débuté. Une dynamique était déjà enclenchée, avec des rendez-vous obtenus avec le cabinet d’Agnès Buzyn, ministre à l’époque, puis d’autres autorités sanitaires. Et on a bientôt passé beaucoup de temps avec des médias, puisque nous mettions le doigt sur des problématiques centrales de santé publique.

Justement, alors que les questions en matière de santé sont toujours plus vives, notamment avec

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »
Entretien 14 février 2024 abonné·es

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »

Depuis quarante ans, George Monbiot, éditorialiste britannique du Guardian, alerte sur les ravages écologiques. Dans son livre Nourrir le monde sans dévorer la planète, il s’attaque aux dérives du système alimentaire et se demande comment faire émerger un « monde d’après » agricole.
Par Tristan Dereuddre
« Quand on démolit des logements, la vie disparaît »
Entretien 7 février 2024 abonné·es

« Quand on démolit des logements, la vie disparaît »

L’un habite à l’Alma-Gare, un quartier de Roubaix menacé de destruction. L’autre est architecte, prix Pritzker 2021 avec sa collègue Anne Lacaton, et milite pour interdire les démolitions. Florian Vertriest et Jean-Philippe Vassal ne parlent pas du même point de vue mais partagent un même horizon sur la question du logement.
Par Hugo Boursier
« Réconcilier les partis et les mouvements sociaux »
Luttes 31 janvier 2024 abonné·es

« Réconcilier les partis et les mouvements sociaux »

Coautrice d’un essai interpellant vivement la gauche, Priscillia Ludosky, figure des gilets jaunes, s’interroge sur la distance toujours plus grande entre les politiques et les citoyens. Il importe selon elle de mieux entendre ces derniers pour transformer les institutions et, ainsi, « changer (vraiment) la vie ».
Par Olivier Doubre