Loïc, militant placé en détention provisoire pour avoir manifesté à Sainte-Soline

Loïc Schneider a été arrêté le 20 juin dernier. Les autorités lui reprochent notamment d’avoir participé à la marche contre les mégabassines à Sainte-Soline. Placé en détention provisoire, il encourt jusque 7 ans de prison.

Pierre Jequier-Zalc  • 23 juin 2023
Partager :
Loïc, militant placé en détention provisoire pour avoir manifesté à Sainte-Soline
Manifestation contre les mégabassines à Sainte-Soline, le 25 mars 2023.
© THIBAUD MORITZ / AFP.

Dans le contexte répressif actuel, cette nouvelle est presque passée inaperçue. Au tribunal de Niort (Deux-Sèvres), ce jeudi 23 juin, deux militants étaient jugés en comparution immédiate, notamment pour avoir participé à la manifestation contre les mégabassines à Sainte-Soline, le 25 mars. Parmi eux, Loïc, militant écologiste, arrêté chez lui, dans la Meuse, deux jours plus tôt. Après sa garde à vue, trois faits principaux lui sont imputés et donc reprochés : « La participation à un groupement visant à commettre des violences », des dégradations légères (notamment un tag sur un camion de gendarmerie), et le « recel et vol aggravé » d’un gilet de la gendarmerie. Sur ce dernier délit, son avocate, Hannah Rajbenbach s’étonne : « On l’accuse d’avoir ramassé un gilet de gendarmerie et de l’avoir pris dans ses mains ». Et pourtant, pour ces faits, il risque jusqu’à 7 ans d’emprisonnement. Son avocate assure que ce gilet n’a pas été récupéré par les policiers lors de la perquisition du domicile du militant.

Il a des boulots, un domicile, il s’est toujours rendu à ses audiences.

Après avoir décidé de garder le silence durant sa garde-à-vue, Loïc est déféré au tribunal de Niort où il passe en comparution immédiate ce jeudi. Une méthode qu’il refuse, demandant à être jugé au cours d’un procès « normal ». Un droit qui présente un risque : celui d’être placé en détention provisoire en attendant l’audience. Et c’est ce qui a été décidé par le tribunal niortais. D’ici à son procès qui aura lieu le 27 juillet, Loïc sera retenu en détention provisoire. Une décision qui interpelle. Car si ce « militant total », comme le qualifie Reporterre qui lui consacre un portrait, a déjà été condamné plusieurs fois pour des actions en lien avec son militantisme, il n’a jamais cherché à esquiver les procédures judiciaires. « Cette décision est très surprenante dans le sens où son profil apporte de nombreuses garanties. Il a des boulots, un domicile, il s’est toujours rendu à ses audiences. Ce n’est pas quelqu’un dont on a peur qu’il fuie », s’insurge Hannah Rajbenbach.

Une décision jugée politique

Le tribunal, lui, a retenu une des réquisitions du parquet qui craignait que Loïc récidive. « C’est un placement en détention provisoire pour éviter ce qu’on appelle un renouvellement des faits », poursuit son avocate. Une décision qu’elle juge injuste et politique. Selon elle, le contexte actuel autour des mouvements écologistes, avec la dissolution des Soulèvements de la Terre, a pleinement joué. « Jusqu’à présent, personne n’avait été placé en détention provisoire dans le mouvement contre les mégabassines. Au vu de l’actualité, on sent clairement la volonté de faire peur », affirme-t-elle en annonçant vouloir contester cette décision. Dès jeudi prochain, une demande de mise en liberté sera déposée. Loïc a également fait appel de cette décision. La cour d’appel de Poitiers doit se prononcer dans les 20 jours.

Sur le même sujet : Une quinzaine de militants écolos arrêtés partout en France

Selon son avocate, Loïc souhaite envoyer un message d’espoir malgré cette décision. « Il reste très déterminé dans ses luttes, Ce n’est pas les méthodes de répression des mouvements sociaux qui l’arrêteront. » Un son de cloche partagé par ses amis qui, dans un communiqué sur cette affaire, concluent : « Comme le disait notre ami Loïc, « il y a des gens déterminés qui n’ont plus peur, qui se soulèvent et qui seront inarrêtables » ».  

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas