Ce qu’hospitalité veut dire

Nous sommes parvenus à un moment où l’inconditionnalité de l’accueil des migrant·es et exilé·es est réputée impossible. Lorsqu’elle disparaît, alors surviennent la sélection, les migrations choisies, les répressions mortifères.

Rose-Marie Lagrave  • 18 octobre 2023
Partager :
Ce qu’hospitalité veut dire
Camp de personnes exilées, en Grèce, en 2020.
© Julie Picard / Unsplash.

On se refile sans états d’âme la phrase savamment tronquée de Michel Rocard soulignant que la France ne « peut accueillir toute la misère du monde ». Les commentateurs rongent jusqu’à l’os les mots « toute la misère du monde », en laissant à la lisière du raisonnement le verbe accueillir. Accueillir, c’est préparer une arrivée, confectionner un repas, faire un lit, mettre des fleurs fraîches dans un vase, bref, c’est se mettre en état d’hospitalité, pour être à la hauteur de l’arrivant·e. 

Mais qu’en est-il de ceux et celles qui vous tombent dessus sans crier gare : une tente Quechua qui a poussé pendant la nuit dans votre rue ; une femme racisée, aux dix bracelets, endormie sur une grille d’égout ; un collectif d’émigré·es lors d’une manifestation ; des étudiant·es étranger·ères sans le sou ? Autant de rencontres impromptues invitant à revisiter ce qu’hospitalité veut dire. Entre un accueil chaleureux réservé à des personnes proches et un accueil du bout des lèvres à des personnes perçues comme étrangères, le sens et le but de l’hospitalité sont mis à mal.

Sur le même sujet : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde », une phrase intenable

En distinguant une hospitalité juridique à l’égard d’un étranger, tout en restant « maître chez soi », et une hospitalité inconditionnelle, Jacques Derrida (1) nous proposait de penser la tension entre inconditionnalité et historicité des conditions d’accueil des migrant·es et exilé·es. Or nous sommes parvenus à un moment où l’inconditionnalité est réputée impossible, puisque la première chose que l’on demande à un étranger, c’est de décliner son identité, afin de savoir d’où il vient et pourquoi, d’en dresser un portrait l’assimilant d’entrée de jeu à un autre que soi-même. Lorsque l’inconditionnalité disparaît des rhétoriques et de la pensée, alors on peut s’adonner à la sélection, à des migrations choisies, à des répressions mortifères.

1

Hospitalité. Vol. 1, séminaire (1995-1996), Jacques Derrida, Seuil, 2021.

Comme en témoigne l’histoire des migrations, les maîtres de forges et les capitaines d’industrie ont fait venir des vagues d’émigré·es pour assurer les besoins en main-d’œuvre ouvrière. Le patronat allait les chercher ; maintenant, ils sont là, arrivés au péril de leur vie ou déjà morts avant d’atteindre nos rivages. On ne les accueille pas, on les recueille vivants chancelants ou morts avérés. Cette main-d’œuvre exténuée, hébétée, ponctionnée est récupérée par les marchands de braccianti et de sommeil pour les mettre sur le marché du travail tout en prélevant un pourcentage au passage.

L’hospitalité inconditionnelle est devenue, depuis les lois Pasqua et Toubon, un délit passible de procès à répétition.

Ces migrants viennent combler le manque de main-d’œuvre dans des métiers en tension, instrumentalisés par des patrons qui ont refusé pendant des décennies salaires et horaires décents à leurs précédents employé·es. On les transforme en supplétifs pour continuer à faire tourner l’économie dont la frange la plus fangeuse est désertée par les salarié·es français·es.

Face à cette hospitalité conditionnée, reste que l’hospitalité inconditionnelle, elle, est devenue, depuis les lois Pasqua et Toubon, un délit passible de procès à répétition et de prison dont Cédric Herrou, par exemple, a fait l’objet – même si, depuis 2018, le Conseil constitutionnel a consacré comme principe de fraternité la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire, annulant la condamnation pour « délit de solidarité » à l’endroit de Cédric Herrou.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi