L’A69 contre la démocratie

La mobilisation contre l’A69 entre Castres et Toulouse s’inscrit dans les traces de la lutte contre les « grands projets inutiles et imposés », dont l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes reste l’emblème.

Patrick Piro  • 25 octobre 2023
Partager :
L’A69 contre la démocratie
Travaux de terrassement pour la A69, à Montcabrier, en octobre 2023.
© Patrick Piro

Ça ne vous rappelle rien ? Il y a un air de déjà-vu dans la contestation du projet d’autoroute A69. Après les premières oppositions résolues mais policées d’élu·es ainsi que d’agricultrices et d’agriculteurs impacté·es par le tracé, on a vu se mobiliser, entre Toulouse et Castres, des troupes plus jeunes et très décidées. Les manifestations récurrentes se gonflent et s’animent, on s’ancre dans les branches de platanes promis à l’abattage, l’installation d’une ZAD est projetée, une poignée de personnes se lance dans une grève de la faim, des collectifs citoyens potassent les études des services de l’État et du concessionnaire Atosca pour les mettre à mal point par point, la lutte, un temps cantonnée à l’échelon local, devient un point de ralliement national.

Sur le même sujet : A69, l’autoroute des mensonges

La mobilisation anti-autoroute, une première en France, marche dans les traces de la lutte anti-« grands projets inutiles et imposés » la plus emblématique de l’époque, celle qui a obtenu l’abandon, le 17 janvier 2018, de l’aéroport prévu à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

Ce déjà-vu, c’est aussi l’obstination remarquable des décideurs à camper sur leurs positions et à décliner la même gamme d’arguments qu’à Notre-Dame-des-Landes et dans d’autres situations similaires : les décisions ont été prises dans les règles, enquête d’utilité publique, études d’impact diverses et variées, recours en justice épuisés, etc. Et comme la démocratie, ce n’est pas la voix de la rue, signifient en chœur les politiques et leurs soutiens, de Carole Delga, présidente PS de la région Occitanie, à Clément Beaune, ministre des Transports, « l’autoroute ira à son terme ».

La mobilisation anti-autoroute marche dans les traces de la lutte contre les ‘grands projets inutiles et imposés’.

Belle formule pour une rocade de 53 kilomètres critiquée de toutes parts, et notamment par des spécialistes de l’aménagement du territoire et des autorités nationales en charge d’évaluer les impacts environnementaux. À les lire, il n’est pas besoin d’être radicalement amoureux des arbres pour imaginer le « terme » : c’est dans le mur – fourvoiement économique, destruction de biodiversité, émissions de CO2, mépris social, gaspillage de fonds publics.

Pauvre démocratie : elle n’est pas piétinée là où l’imaginent les Delga, Beaune et consorts. Elle a bon dos, alléguée en défense d’un projet imaginé il y a un quart de siècle sous la pression de l’industriel castrais Pierre Fabre, et alors que les gouvernements restaient sourds aux alarmes climatiques que les scientifiques s’époumonaient à leur seriner. Dont l’étaiement technique repose sur des données obsolètes, voire manipulées et délibérément mensongères – gain de temps, fréquentation, coût pour la collectivité, impact écologique, etc. –, que les instances décideuses « démocratiques » n’ont aucune velléité de revisiter, et on devine sans peine pourquoi.

Les vraies leçons de Notre-Dame-des-Landes n’ont jamais été tirées.

Les vraies leçons de Notre-Dame-des-Landes n’ont jamais été tirées. Pour les autorités, le projet d’aéroport n’a pas été abandonné en raison de son aberration économico-écologique, mais par faiblesse de la République à l’endroit d’une minorité contestataire. Alors que le dérèglement climatique balaye la planète d’une évidence encore moins contestable qu’en 2018, le dernier argument du camp pro-autoroute est peut-être le plus pitoyable, mauvaise foi politicienne ou, pire, aveu d’impuissance : « Alors nous serions condamnés à ne plus pouvoir imaginer de projet d’aménagement ! »

Sur le même sujet : Contre l’A69, des citoyens ont un itinéraire bis

Bref, alors que le secteur du transport est le premier émetteur de gaz à effet de serre, les autoroutes resteraient indispensables aux sociétés humaines, qu’il canicule ou qu’il inonde à longueur d’année. Une dissonance cognitive portée jusqu’à l’incapacité de prendre sérieusement en considération une raisonnable alternative à l’A69, l’aménagement de la route nationale N126 reliant Toulouse et Castres, proposé par le collectif d’opposant·es La Voie est libre. Parvenu à ce stade d’entrave à l’intérêt commun, brandir la « légalité » pour justifier l’entêtement relève du coup de force antidémocratique. On peut donc raisonnablement imaginer que l’A69 ne se fera pas. Un air de déjà-vu.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes
Parti pris 16 juillet 2024

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes

Depuis sa relative victoire le 7 juillet, le Nouveau Front populaire se cherche en vain un nom pour Matignon. Mais la coalition de gauche se déchire, pendant que Macron rigole et que le RN attend son heure. En quelques jours, elle s’est décrédibilisée.
Par Pierre Jacquemain
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Parti pris 9 juillet 2024

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?
Par Pierre Jacquemain
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc