Trente-cinq points de suture après un coup de hachette dans une soirée policière

Lors d’une soirée très arrosée organisée par une compagnie d’intervention parisienne, un policier a été évacué en urgence absolue suite à un coup de hachette porté à l’abdomen par un de ses collègues.

Maxime Sirvins  • 7 décembre 2023
Partager :
Trente-cinq points de suture après un coup de hachette dans une soirée policière
Des bouteilles d'alcool au sol après une manifestation.
© Maxime Sirvins

C’est une soirée qui fait tache au sein de la préfecture de police de Paris. Mardi 5 décembre, un pot de départ a eu lieu dans la caserne d’une des compagnies d’intervention de la capitale : un des policiers quitte en effet sa compagnie pour rejoindre la CRS 8. Créée en juillet 2021 par Gérald Darmanin, cette CRS se distingue des autres, présentée comme l’élite spécialisée dans le maintien de l’ordre et dans la lutte contre les violences urbaines.

La soirée va durer toute la nuit alors que l’alcool fort coule à flot. Vers 6 heures du matin, l’état-major de la DOPC (Direction de l’ordre public et de la circulation), est informé que l’agent en question est très gravement blessé. Mais que s’est-il passé ? L’histoire prend alors une tournure inédite. En effet, le policer s’est vu offrir deux hachettes par ses collègues. Il les collectionne. Alcoolisés, les policiers déclarent alors avoir décidé de simuler un face-à-face. Une théâtralisation qui va vite devenir réelle quand un coup de hachette vient trancher l’abdomen du futur CRS. 

Les nombreuses bouteilles d’alcool fort ont été discrètement sorties hors de la caserne, dans la rue.

La blessure ne sera pas qu’une simple éraflure. Une plaie d’une dizaine de centimètres parcourt le ventre du policier. Il faudra alors une intervention du Samu pour transporter l’homme en urgence absolue à l’hôpital. Résultat : 35 points de suture après une intervention chirurgicale. Des gradés se rendent alors rapidement sur place et ce qu’ils constatent n’est pas glorieux. Du mobilier et un véhicule ont aussi été dégradés. Ils remarquent également que les taches de sang ont été nettoyées à la hâte avant leur arrivée. Les nombreuses bouteilles d’alcool fort, elles, ont été discrètement sorties hors de la caserne, dans la rue. En réponse, l’IGPN a été sollicitée pour une réponse qui « mérite une sévérité administrative absolue ».

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Police / Justice
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés
Violences 12 janvier 2024

Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés

Le commissaire Rabah Souchi comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lyon les 11 et 12 janvier. Il lui est reproché d’avoir ordonné à Nice, en 2019, une charge policière ayant causé de graves blessures à la manifestante Geneviève Legay.
Par Oriane Mollaret
« Affaire du 8 décembre » : l’inquiétante condamnation de militants comme terroristes
Justice 22 décembre 2023

« Affaire du 8 décembre » : l’inquiétante condamnation de militants comme terroristes

Au terme d’une audience lunaire ce vendredi, les sept « accusés du 8 décembre » ont été condamnés pour association de malfaiteurs terroriste. Malgré l’absence de projet concret, et au prix d’une jurisprudence dangereuse.
Par Nadia Sweeny
« Oui, c’est un immense camouflet pour le garde des Sceaux »
Justice 20 décembre 2023

« Oui, c’est un immense camouflet pour le garde des Sceaux »

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), saisi par Éric Dupond-Moretti, a réaffirmé le 14 décembre la liberté fondamentale d’expression syndicale des magistrats. Kim Reuflet, présidente du Syndicat de la magistrature, visé par le ministre, réagit à cet avis passé inaperçu.
Par Nadia Sweeny