L’entourage sulfureux de Franck Louvrier, maire pro Macron de La Baule

L’un des proches collaborateurs du maire LR de La Baule-Escoublac, un ancien candidat FN, tient des propos racistes et complotistes en ligne, qu’il assume.

Nils Wilcke  • 19 janvier 2024
Partager :
L’entourage sulfureux de Franck Louvrier, maire pro Macron de La Baule
Franck Louvrier, maire LR de La Baule-Escoublac, en juin 2021.
© LOIC VENANCE / AFP

Sur la scène politique nationale, Franck Louvrier, le maire LR de La Baule-Escoublac (Loire-Atlantique), affiche un discours résolument engagé contre l’extrême droite. L’ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy répète qu’une alliance de la droite avec le parti de Marine Le Pen est « la ligne rouge à ne pas franchir », comme il l’a déclaré à plusieurs reprises en 2022 sur France Info ou dans le JDD lors de l’élection pour la présidence des Républicains. Franck Louvrier est l’un des ténors de la droite considéré comme « Macron compatible », avec Rachida Dati, Jean-François Copé ou encore Serge Grouard.

Hasard du calendrier, celui qui siège également à la région des Pays de la Loire comme vice-président, a mené cette semaine une tournée médiatique tambour battant sur BFM TV, France Info mais aussi dans OuestFrance pour louer le remaniement « à droite » d’Emmanuel Macron. Il a pu dire tout le bien qu’il pensait de la nomination de Rachida Dati au ministère de la Culture, malgré son deal avec le président pour Paris qui l’a fait exclure de son parti.

Sur le même sujet : Attal : derrière le coup de com’, l’impasse politique

Son nom est d’ailleurs cité comme « ministrable » dans le cadre de la seconde vague du remaniement qui doit intervenir après le discours de politique générale de Gabriel Attal, fin janvier. En 2019, honneur suprême, Emmanuel Macron lui a proposé de devenir son conseiller en communication à l’Élysée mais l’intéressé a refusé pour se consacrer aux municipales. « En fait, il veut surtout devenir ministre depuis quelques années », affirme un opposant local.

« Kim II Sung élyséen » et insectes nuisibles

Le profil de l’un de ses plus proches collaborateurs à la mairie interroge d’autant plus dans ce contexte. Philippe Rouger, officiellement chargé de mission pour la Ville, est « rédacteur en chef » du bulletin municipal et la « plume » du maire depuis 2020, selon nos informations, ce que confirme l’intéressé à Politis. Cet ancien candidat du Front National (il s’est présenté à plusieurs reprises en Loire-Atlantique aux élections sous les couleurs du FN) « écrit ses discours, notamment lors des commémorations pour la Première et la Seconde Guerre mondiale », affirme un bon observateur de la vie politique locale.

Sur son compte Facebook, l’ex-frontiste affiche la couleur : le brun, et prouve qu’il n’a rien renié de l’idéologie du parti de Marine Le Pen. Sous son avatar, une tête de porc, ce proche de Franck Louvrier tient des propos racistes et complotistes sans se cacher : son profil est public, comme Politis a pu le constater encore aujourd’hui.

Tandis que Franck Louvrier se dit prêt à travailler avec Emmanuel Macron, Philippe Rouger publie en avril 2022 un photomontage du président de la République en tenue de SS avec un brassard franc maçon (un thème qui revient en boucle sur son compte), une médaille « BFM TV » et faisant le salut nazi avec inscrit « La dictature en marche ». En 2020, au plus fort de l’épidémie de covid, Philippe Rouger publie une avalanche de posts à caractère complotistes et racistes, qualifiant le président de la République de « Kim II Sung élyséen » et comparant les Parisiens réfugiés à la Baule à des insectes nuisibles (« les doryphores », écrit-il). La même année, il participe à l’ouvrage de Franck Louvrier intitulé « La Baule intime », dans lequel il est présenté comme maquettiste.

Entre deux posts à la gloire du maire de la Baule et sa liste « Une énergie nouvelle » lors de sa campagne pour les dernières municipales, ce collaborateur partage aussi un post Facebook d’un autre internaute qui présente la France « comme le seul pays au monde qui invite ses envahisseurs en les payant, et s’agenouille devant leurs cultures et leurs exigences ». D’autres publications insultantes envers Emmanuel Macron sont publiées à intervalles réguliers sur son compte. En 2016, il publie une photo du drapeau russe pour afficher son soutien au pays de Vladimir Poutine. L’invasion russe en Ukraine ne le fait pas changer d’avis. Il poste en 2022 une caricature de journalistes de BFM TV issu d’un compte pro russe.

Franck connaît ma position à son sujet (…) Nous travaillons en parfaite confiance.

P. Rouger

Sollicité par Politis, Philippe Rouger reconnaît qu’il s’agit bien de son compte Facebook : « Franck (Louvrier, N.D.L.R.) connaît mon lourd passif au RN mais mon engagement pour La Baule n’a rien à voir avec ses ambitions nationales », insiste-t-il. « Je ressens Emmanuel Macron comme un dictateur (…) Franck connaît ma position à son sujet, j’ai le droit d’avoir des désaccords avec mon employeur. Nous travaillons en parfaite confiance ». Tout en réduisant son rôle au « local », Philippe Rouger reconnaît qu’il se trouve « derrière la plupart des discours » du maire. Franck Louvrier n’a jusque-là pas souhaité réagir sur le profil sulfureux de collaborateur situé à l’extrême droite à un poste aussi crucial, malgré plusieurs relances, au moment où nous publions cet article.

« Il sait que je ne vais pas lui mettre une quenelle dans ses propos »

La clef de ce duo improbable pourrait se trouver dans le score riquiqui du RN aux dernières élections municipales de La Baule-Escoublac, bien en dessous des chiffres réalisés aux législatives et à la présidentielle. « On s’est demandé s’il n’y avait pas un accord entre Louvrier et le RN local pour le faire gagner et lui permettre d’accéder à la mairie », souffle une source politique de la ville. Mercredi, le maire célébrait le discours d’Emmanuel Macron après sa conférence de presse. « Je ne voulais pas d’un gouvernement de gauche », affirme l’édile à Télé-Nantes.

Philippe Rouger, lui, insiste sur ses bonnes relations de travail avec Franck Louvrier, à sa manière : « Il sait que je ne vais pas lui mettre une quenelle (sic) dans ses propos en lui prêtant des pensées qui ne lui sont pas les siennes, affirme-t-il sans filtre à Politis. Heureusement qu’on a le droit d’avoir quelques espaces de liberté de pensée ». Il semble que la ligne rouge que l’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy impose à la droite au niveau national ne tienne pas à l’échelon local. Voilà qui pourrait plaire à Emmanuel Macron.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Politique
Temps de lecture : 6 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian