« Green Border », jeu tragique aux frontières

Agnieszka Holland montre crûment le sort des exilés qui se sont retrouvés pris au piège entre la Biélorussie et la Pologne.

Christophe Kantcheff  • 6 février 2024 abonné·es
« Green Border », jeu tragique aux frontières
Agnieszka Holland s’est beaucoup documentée pour décrire avec précision ce que les migrants ont subi.
© Agata Kubis

Plusieurs des films d’Agnieszka Holland évoquent des époques tragiques avec des personnages en butte aux meurtres d’envergure : Europa Europa (1990) et Sous la ville (2011) ont pour cadre la Seconde Guerre mondiale et plus particulièrement la persécution des juifs, L’Ombre de Staline (2019) raconte la famine organisée en Ukraine dans les années 1930. Green Border est de cette veine, à ceci près que le film nous parle ­d’aujourd’hui. Un signe de la nécessité pour la cinéaste de le réaliser, ­d’autant que son tournage a eu lieu presque en temps réel : durant

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 4 minutes