Passer du sport santé au sport plaisir

Député honoraire de la Loire et expert en politique publique sportive, Régis Juanico appelle les pouvoirs publics à des engagements d’envergure pour la promotion du sport pour toutes et tous.

Régis Juanico  • 25 avril 2024 abonné·es
Passer du sport santé au sport plaisir
© Daniel McCullough / Unsplash

Si l’on rapporte les moyens budgétaires dédiés au ministère des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques – un peu moins d’un milliard d’euros en 2024 – à l’ensemble des dépenses de l’État, le budget des sports représente 0,18 % du budget de la nation. L’année 2024, pourtant décrétée « Grande Cause nationale » pour la promotion des activités physiques et sportives, s’est ouverte avec l’annonce de coupes budgétaires brutales et 50 millions d’euros de moins pour les politiques publiques sportives, et ce n’est visiblement qu’un début.

Tous les acteurs sportifs sur le terrain craignent que la promesse initiale du « souffle » olympique ne se transforme en « soufflé » après les Jeux avec, à la clé, une immense gueule de bois financière ! Depuis dix ans, le ministère des Sports consacre, via ses opérateurs d’État successifs (Centre national pour le développement du sport, Agence nationale du sport), 100 millions d’euros par an pour les équipements sportifs au niveau national, dont 10 millions d’euros en 2023 pour les 34 dossiers de construction-rénovation de piscines, ce qui est dramatiquement insuffisant.

Bougeons ! Manifeste pour des modes de vie moins sédentaires, Régis Juanico, Éditions
de l’Aube, 2023.

Cette logique conduit à soutenir peu d’équipements au niveau national : entre 700 et 800 chaque année pour un montant moyen de 40 000 euros, alors que les collectivités demandent un effort financier sur des équipements structurants et innovants.

La question de l’héritage

Ce qui frappe également, c’est la modestie des moyens humains et financiers en direction du sport amateur dans les territoires. Les Jeux sont un événement sportif planétaire grandiose, mais par définition… éphémère. Après la compétition sportive, à l’automne, l’État est attendu sur ce qu’il laissera en héritage sportif, éducatif et sociétal durable dans l’ensemble des territoires. Des Jeux à domicile se traduisent par un afflux de nouveaux licenciés à la rentrée dans les disciplines sportives où nos couleurs auront particulièrement brillé.

Sur le même sujet : Paris 2024 : les Jeux olympiques n’obtiendront pas la médaille du travail

Les bénévoles ne peuvent pas tout. Le premier défi immédiat après les Jeux devrait être de renforcer les moyens humains d’encadrement des clubs sportifs avec des éducateurs et des éducatrices supplémentaires pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouve dans la situation de refuser des jeunes frappant à leur porte, alors que les emplois aidés ont été massivement supprimés depuis 2018.

Avec ses 3 000 agents, le ministère des Sports est certes volontariste et moteur sur le sport à l’école ou le sport-santé-bien-être, mais il n’est pas décideur en interministériel face aux mastodontes de l’Éducation nationale et de la Santé. On ne sent pas le ministère de l’Éducation nationale moteur sur le développement des activités physiques et sportives à l’école alors qu’il consacre 5 milliards d’euros à financer l’enseignement de l’EPS dans les premier et second degrés. L’EPS n’est pas sa priorité et sert de variable d’ajustement aux autres matières dites « fondamentales » comme le français et les mathématiques. Même constat du côté du ministère de la Santé.

Bombe sanitaire à retardement

Derrière les proclamations sur le virage préventif, l’Assurance-maladie freine des quatre fers sur la prise en charge financière même partielle de l’activité physique adaptée, dont la prescription est pourtant vitale pour les patients en affection de longue durée, les malades chroniques et les personnes en situation de perte d’autonomie. Alors que des avancées étaient attendues et des engagements pris, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2024 a été de ce point de vue décevante. Nous sommes face à une bombe sanitaire à retardement, que le professeur François Carré appelle « la nouvelle addiction à la chaise et aux écrans ».

Le principal héritage des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 devrait être la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre la sédentarité et de promotion de modes de vie plus actifs. Les injonctions et exhortations sanitaires à l’instar du fameux slogan « Manger-bouger » sont bien souvent inefficientes et peuvent même être contre-productives. Un élément clé est de trouver une activité pour laquelle on a du plaisir. Pour cela, nous devons passer d’une logique de « sport santé » parfois dissuasive au « sport plaisir » qui passe par la littératie physique.

Le principal héritage de Paris 2024 devrait être la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre la sédentarité.

La littératie physique, concept très répandu au Canada, c’est « la motivation, la confiance, la compétence physique, le savoir et la compréhension qu’une personne possède et qui lui permettent de valoriser et de prendre en charge son engagement envers l’activité physique comme facteur de santé et d’épanouissement tout au long de sa vie ». Les clubs sportifs amateurs, les éducateurs et les bénévoles qui les servent au quotidien ont un rôle majeur dans cette éducation à une pratique régulière d’activité physique tout au long de la vie.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Société
Publié dans le dossier
Sport et politique
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant